Un boom pétrolier aux États-Unis pourrait y ralentir l’adoption des véhicules électriques