Bornes de rechargeNissanVoitures électriques

L’exemple Robotshop : se démarquer de la concurrence avec des bornes de recharge

Vendredi, c’est dans une ambiance de fête qu’a eu lieu l’inauguration officielle des bornes de recharge EVduty au siège social de Robotshop à Mirabel! L’inauguration a eu lieu lors de la bière du vendredi après-midi (une tradition pour remercier les employés chez Robotshop). Un BBQ a été organisé, des drones étaient déployés sur place pour prendre des images, les employés ont eu la chance de faire des tours de Tesla et des journalistes locaux ont même étés invités. Sylvain Juteau lui-même s’est déplacé pour l’occasion. Un chantier de construction témoignait de l’effervescence de l’entreprise. Une fois la construction complétée, la superficie des locaux de Robotshop aura doublé.

Plusieurs bornes chez Robotshop

Bien que je sois le seul propriétaire d’une voiture électrique, ce n’est pas une ou deux, mais bien quatre bornes qui ont étés installées! Et, puisque le long fil de la borne EVDuty permet de rejoindre facilement plus d’une place de stationnement, ce n’est pas moins de 8 stationnements qui ont étés réservés à cet usage (une borne par deux stationnements). Ainsi, si une borne est utilisée, il sera possible de stationner à côté et de brancher une deuxième voiture sans avoir à déplacer la première! C’est définitivement ce qu’on pourrait appeler être avant-gardiste et croire en l’avenir! On en attendrait pas moins d’une compagnie «Hi Tech» comme Robotshop!

Inauguration Robotshop
Moi-même en compagnie de Sylvain Juteau, fondateur de Roulez Électrique, Mario Tremblay, CEO de Robotshop ainsi que Sandra Fradet, VP de Robotshop

Les festivités

Nous avons commencé les festivités en soulignant l’agrandissement du bâtiment de Robotshop en compagnie de plusieurs dignitaires dont Jean Bouchard, maire de Mirabel, Mylène Freeman, députée fédérale d’Argenteuil-Mirabel-Papineau et Sylvie d’Amours, députée provinciale de Mirabel. Mais nous sommes rapidement passés du côté des bornes où le BBQ et quelques VE nous attendaient. J’étais bien sûr présent avec ma Nissan Leaf et j’avais aussi invité mon frère pour qu’il puisse répondre aux diverses questions concernant sa Chevrolet Volt mais, ce sont bien sûr les trois Tesla qui ont le plus attiré l’attention. J’en profite pour remercier Sylvain Juteau qui est descendu de Trois-Rivières avec sa Model S 85, Stéphane Pascalon qui a effectué la plus grosse partie des essais routiers avec sa P85D et Raymond Lavallée qui m’a même laissé faire une partie des essais moi-même dans sa Model S 60 flambant neuve (une des rares 60 dôtées de l’auto-pilote). Les essais routiers sont en général ce qui surprend le plus les gens, et cette journée n’a pas fait exception à la règle. Même s’ils savaient qu’il s’agit d’une voiture d’exception, mes collègues ont été vraiment renversés par leur tour de Tesla. J’ai entendu des tonnes de bons commentaires et plusieurs m’ont affirmé qu’ils considéraient passer au tout électrique eux aussi, si c’est pas carrément passer à la Tesla dans certains cas. Mission accomplie!

IMG_9796
Les trois modèles de voitures devant les bornes de recharge

S3140024
La Tesla de Stéphane attire les regards et beaucoup de questions avant les essais. Les curieux ne se doutent pas encore de ce qui les attend.

IMG_9800
Merci de ta confiance Raymond. Ce fût un réel plaisir de faire découvrir les voitures électriques à bord de la Tesla

La source du changement : un changement de carrière

Lorsque j’ai écris mon premier article sur mon appréciation de la Prius Branchable, j’avais mentionné ne pas pouvoir me charger sur mon lieu de travail. J’en avais fait la demande mais, étant locataire, mon ancien employeur ne pouvais pas y faire grand chose. Et bien, il y a un peu plus de 6 mois, je me suis fait offrir un nouvel emploi chez Robotshop. Bien sûr, à chaque fois qu’une proposition du genre nous est faite, un gros calcul est lancé dans notre tête. Suis-je heureux actuellement? Quels seraient les avantages de changer? Les inconvénients? Et l’ancienneté dans tout ça? L’horaire de travail, le trajet etc. etc.

Bref, ce sont souvent les mêmes points qui reviennent et les employeurs peinent parfois à se démarquer pour attirer de nouveaux talents. C’est d’autant plus vrai pour un domaine en forte demande comme la programmation. Et bien, lors de mon entrevue d’embauche, je leur en ai laissé la chance. J’ai donc demandé ce que je n’avais pas pu avoir avant : des bornes de recharge sur mon lieu de travail. Évidemment, je m’attendais à ce que cette demande soulève des questions. Après tout, cela changera peut-être avec les années, mais cette demande doit être encore très atypique de nos jours.

Un avantage social peu coûteux

La première question qui se pose naturellement : combien cet avantage me coûtera-il en tant qu’employeur? Il faut savoir qu’il existe au Québec la subvention «branché au travail» qui couvre 75 % des coûts d’installation jusqu’à un maximum de 5000 $ par borne. Sachant que les bornes EVduty valent entre 665,71 $ et 849,67 $ chacune taxes incluses, cela laisse une marge de manœuvre considérable pour l’installation électrique. Avec cette subvention, le coût ne devrait donc pas être un problème pour la majorité des employeurs. Si vous désirez proposer ce programme à votre employeur, sachez qu’à moins d’être renouvelé, celui-ci se terminera le 31 décembre 2016. Il vous reste donc encore un peu plus d’un an pour profiter de cette subvention et moderniser votre entreprise.

Dans le cas de Robotshop, nous avons opté pour 4 bornes EVduty, des cabinets fermés ainsi que des affiches de stationnement «Réservé aux visionnaires». Les cabinets permettent de protéger les bornes et d’empêcher des personnes non autorisés de s’en servir. Pour ce qui est des affiches de stationnement, il faut savoir que pour respecter le programme de subvention, les bornes doivent êtres mises à la disposition des employés gratuitement et il doit être clairement indiqué qu’elles servent à cet usage. C’est donc un système «clé en main» que nous avons obtenu. Il restait simplement à contacter un électricien pour l’installation et le tour était joué.

Puisqu’il faut fournir l’électricité gratuitement aux employés, le coût électrique devait aussi être pris en compte. Dans le cas de ma Prius branchable, environ 3kWh sont nécessaires pour recharger la batterie. Si je me fie au site d’Hydro-Québec, le Tarif d’affaire «G» est de 9,38 cents/kWh pour les 15 090 premiers kilowatts et de 5,62 cents/kWh par la suite. Donc, dans le pire des cas, à 9,38 cents/kWh, cela représenterait 28 cents. Pour ce qui est de la Leaf, j’estime que dans mon cas, un maximum de 56 cents sera nécessaire, dans le pire des cas, en plein hiver, à -35 degrés. Cela veut donc dire que le coût annuel sera un montant situé entre 67 $ et 134 $ (et ce sera probablement beaucoup plus proche du premier montant que du second). Le coût est donc minime.

DSC_0140

Un scénario gagnant – gagnant

Par contre, pour l’employé qui passerait de l’essence à l’électricité, cela peut représenter une économie potentielle de plus de 3000 $ annuellement (pour une précédente facture d’essence de 250$/mois)! C’est ce que j’appellerais un bon scénario gagnant – gagnant. Même si le coût pour l’employeur reste très faible, l’avantage que peuvent en retirer les employés est beaucoup plus grand. Après tout, avoir l’option de recharger au travail est l’équivalent pratique de DOUBLER la capacité de la batterie. Donc, un employé qui se trouvait un peu trop loin pour faire un aller-retour en voiture électrique pourra soudainement faire le trajet sans problèmes! Et c’est justement ces employés qui étaient «juste un peu trop loin» qui auraient le plus à gagner à rouler électrique! L’avantage des bornes ne se trouve donc pas autant dans la valeur de l’électricité que dans l’aspect pratique que procurent ces bornes. Cela rend aussi possible la préclimatisation et le préchauffage de l’habitable sans piger dans la capacité de la batterie avant le trajet de retour à la maison. Plus jamais besoin de déglacer les vitres de l’auto en hiver! Super!

IMG_20150107_072028
La Leaf, grâce au préchauffage d’habitacle, est beaucoup plus accueillante que les autres voitures les matins d’hiver

Cet avantage a donc une très bonne valeur aux yeux des employés qui pourraient être tentés de rejoindre l’équipe et cela procure également à l’employeur une capacité de rétention chez les employés existants. Après tout, une fois qu’on a une voiture électrique et des bornes au travail, qui voudra changer d’emploi pour aller chez un employeur qui n’en offre pas?

De mon côté, j’apprécie vraiment l’ouverture de l’entreprise qui n’hésite pas à faire le pas de plus pour s’assurer de fournir un environnement de travail exemplaire à ses employés. Pour l’instant, je suis le seul à posséder une voiture électrique mais, maintenant que les bornes sont en place, je suis persuadé que plusieurs autres employés vont décider de faire le saut et de rouler électrique eux aussi.

Et vous, avez-vous l’intention d’inciter votre employeur à installer des bornes? Considérez-vous les bornes de recharge comme un avantage intéressant au travail?

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires