Électrification des TransportsVoitures électriques

La fable du lièvre et de la tortue – version VÉ

Vous connaissez tous la fameuse fable de Jean de La Fontaine. On vous l’a racontée maintes et maintes fois lorsque vous étiez jeunes. Certains la connaissent peut-être même par cœur pour l’avoir récitée étant enfants. La morale de l’histoire : « Rien ne sert de courir; il faut partir à point! ».

C’est tellement vrai lorsqu’on se balade en véhicule électrique, et je l’ai expérimenté en fin de semaine lorsque je suis allée assister au spectacle de ballet de ma filleule à Nicolet. Mon trajet : Louiseville-Nicolet (56 km en passant par l’autoroute 40). En théorie, je n’avais aucun problème à faire l’aller-retour sur une seule charge avec la Focus Roulez Électrique, puisque l’autonomie affichée ces temps-ci est d’environ 125 km. Mais surprise : lorsque j’ai voulu partir samedi avant-midi, le tableau de bord n’affichait qu’un maigre 101 km. Il est vrai que le retour au boulot vendredi soir (de Trois-Rivières à Louiseville) c’était fait à une bonne vitesse de croisière sur l’autoroute, affectant par le fait même mon autonomie affichée pour la prochaine balade.

Avec 101 km, je ne faisais peut-être pas l’aller-retour, donc. Aucun problème, me suis-je dit, je pourrai recharger la batterie à l’Office de tourisme de Nicolet et si la borne n’est pas libre, je vais embarquer ma borne EVduty portable et la brancher chez des amis qui ont une prise de soudeuse. Je suis donc partie. Mais en chemin, j’ai songé que je pourrais quand même défier les pronostics et faire l’aller-retour en passant par la vieille route, par la 138. En réglant ma vitesse à 80 km/h dans les zones où la vitesse permise était de 90 km/h, je me suis rendue au pont Laviolette en un peu plus de temps que par l’autoroute, mais avec des kilomètres affichés en abondance! À destination, j’avais toujours un gros 80 km d’autonomie en réserve. Mon trajet de 56 km (même distance par la route 138 que par l’autoroute 40) ne m’a donc « coûté » que 21 km! C’est payant de jouer à la tortue!

J’ai tout de même décidé de me brancher, pour ne pas revenir à la maison la batterie complètement à plat. La borne publique était libre, par ailleurs. J’ai laissé une note courtoise pour mes collègues électromobilistes, car ma recharge n’était pas ABSOLUMENT nécessaire, en réalité.

ChroniqueJenn-25mai-1

Quelle belle surprise j’ai eue de voir que j’avais rendu service à une propriétaire de LEAF ou de Volt (ce n’est pas clair sur le petit mot) qui avait vraiment besoin de la borne, elle. Ça m’a fait plaisir, Marie-France!

ChroniqueJenn-25mai-3

En passant, j’ai hâte que les avis courtois de Roulez Électrique spécialement conçus à cette fin et qu’on pourra laisser accrocher au pistolet pendant la recharge soient prêts (voir Avis courtois à accrocher au pistolet…). J’en aurais eu besoin… ça aurait été plus esthétique que mon gribouillis!

En revenant, avec une autonomie affichée de 140 km, j’ai décidé d’agir comme le lièvre et j’ai emprunté l’autoroute 40, en roulant entre 100 et 110 km/h. À l’arrivée à Louiseville, il ne me restait que 58 km (budget de 78 km)! Donc, la même distance a plutôt coûté un gros 82 km!

Ça vaut vraiment la peine de ralentir pour pouvoir aller plus loin! En plus, on a le temps de profiter du paysage, de relaxer et on évite les contraventions inutiles!

Bonne route les tortues!

Une marraine fière de sa petite ballerine!
Une marraine fière de sa petite ballerine!

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires