ActualitésVoitures électriques

Voitures électriques : est-ce le début de la fin?

Drôle de question, n’est-ce pas?

En fait, pas tant que ça.

Cette question provocatrice a été récemment soulevée dans une analyse publiée par Edmunds1, un médium qui parle du secteur automobile américain, où y est abordée la fin prochaine des crédits fédéraux allant jusqu’à $7500 à l’achat d’une voiture électrique.

Dans cette courte analyse, Edmunds prend pour exemple de ce qui risque d’arriver à la vente de véhicules la fin des rabais à l’achat d’une voiture électrique versus les ventes de celles-ci en Georgie.

Et effectivement, le portrait n’est pas rassurant.

Alors que les ventes de véhicules électriques de la Georgie représentaient 17% des ventes totales de VÉ aux USA pendant la période de rabais, celles-ci sont tombées à un maigre 2% des ventes américaines après la fin du rabais. Fait à noter, ces rabais ont beaucoup affecté les ventes de Nissan Leaf, mais ont eu peu d’effet sur les ventes de Tesla ou de BMW, ce qui tend à démontrer que sans rabais significatif, les acheteurs moins fortunés de voitures électriques ne se bousculent pas au portillon, même s’ils avaient toujours droit à un crédit d’impôt de leur gouvernement fédéral.

Un autre exemple frappant de la différence que peut représenter avoir droit à un rabais versus aucun rabais à l’achat ou la location d’une voiture électrique est ici même au Canada. Dans le texte où Sylvain Juteau2 dévoilait les chiffres de ventes de Volt et de Bolt EV en mars 2017 au Canada, on pouvait lire que ZÉRO Volt et ZÉRO Bolt EV ont été achetées dans les provinces où il n’y a pas de rabais, donc partout à l’extérieur de la Colombie-Britannique, de l’Ontario et du Québec. Et comme il n’y a toujours pas de rabais fédéral canadien…

Le crédit de $7500 octroyé par le gouvernement fédéral américain depuis 2010 est limité à 200,000 VÉ par constructeur. Or, ce chiffre devrait être atteint par Chevrolet, Nissan et Tesla d’ici un an ou deux puisque Chevrolet a atteint les 100,000 ventes aux USA en juillet dernier, Nissan y est arrivé en Novembre et Tesla l’atteindra rapidement lorsque le Model 3 sera mis en marché.

Si l’administration Trump ne met pas fin prématurément à ce programme, peu de gens s’attendent à ce que ce crédit soit prolongé. Si cela s’avère, nous pourrions effectivement constater un écrasement important et potentiellement dévastateur des ventes de véhicules électriques en sol américain.

Par ailleurs,

  • De plus en plus d’états (dont la Californie!3)imposent maintenant une taxe à l’achat d’une voiture électrique pour compenser la perte de revenus provenant des taxes sur l’essence;
  • Un lobbying de plus en plus évident contre les voitures électriques est mis en place par les pétrolières dont l’exemple le plus débile est energyequalitycoalition.org qui a le culot d’affirmer ceci :

« Electric cars :

built by billionaires,

bought by millionaires

and subsidized by the rest of us »

 

Ainsi, j’ai appris en lisant ce magnifique site que j’étais millionnaire, tout comme vous chers amis électromobilistes! Évidemment, ce site se garde bien de dévoiler qu’il est financé par des pétrolières qui reçoivent des subventions beaucoup plus importantes et ce, depuis plus de 100 ans aux USA comme l’avait dénoncé nul autre que le président Obama qui voulu y mettre fin en 20134, mais fut bloqué par le Congrès.

En combinant ces facteurs, vous avez devant vous vu la perspective de la fin de l’essor des voitures électriques en sol américain… ce qui ne manquera pas d’affecter les ventes de véhicules électriques en sol Québécois. En effet, je vois difficilement comment les constructeurs pourront continuer à offrir des véhicules électriques ici s’ils n’en produisent plus ou si peu pour les USA.

Est-ce que par hasard ce plafond de 200,000 voitures électriques ne serait pas derrière la lente distribution de Bolt EV? Imaginez-vous en train de magasiner en 2018 pour une Ioniq qui aura droit à un crédit de $7500, mais pas la Bolt ou la Leaf?

Les voitures électriques sont ici pour rester, mais force est de constater que sans rabais aux USA ou sans rabais ici, les ventes de voitures électriques seraient au mieux symboliques. J’espère que les américains seront assez intelligents pour comprendre que s’ils n’appuient pas l’essor des voitures électriques chez eux, ils seront dépassés par les constructeurs Européens, Coréens, Japonais et même Chinois.

Les énergies éoliennes et solaires ont passé le point où elles avaient besoin de subventions pour être compétitives même maintenant où le prix du pétrole et du gaz naturel sont bas. Ce n’est pas encore le cas des voitures électriques. J’espère seulement que cela arrivera avant que les ventes ne s’écrasent faute de rabais.

1 : https://static.ed.edmunds-media.com/unversioned/img/industry-center/analysis/EV_Report_April17.pdf
2 : http://roulezelectrique.com/mars-2017-les-ventes-de-volt-et-bolt-ev-en-ontario-quebec-et-c-b/
3 : http://www.greencarreports.com/news/1109824_even-california-imposes-new-fee-on-electric-cars-in-lieu-of-gas-taxes
4 : https://obamawhitehouse.archives.gov/blog/2012/03/29/five-reasons-repeal-subsidies-oil-companies

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires