NissanTémoignage de propriétaires

Toutes les raisons sont bonnes pour une balade en véhicule électrique!

Photo : La raison d’un déplacement de 460 km en Nissan Leaf.

Voici un témoignage de Marc Levasseur qui a roulé électrique de Lac-Beauport à Rivière-du-Loup pour… une paire de chaussures!!

—————————————————————————————————————————————–

Vous savez tous que les femmes ont une relation particulière avec les souliers. Ma conjointe n’est pas différente des autres :). Dernièrement, l’une de ses paires de souliers préférées s’est brisée de nouveau. Comme elle les avait fait réparer quelques fois déjà, elle décida qu’il était temps de les changer. Après avoir visité quelques boutiques de souliers dans la région de Québec, nous avons constaté que nos recherches n’ont rien donné, à l’exception d’une paire qui n’était pas disponible dans sa grandeur. Je dois avouer que moi aussi, j’étais un peu déçu que sa pointure ne soit pas disponible, car c’était de très jolis souliers.

À l’approche du week-end suivant, j’ai demandé à ma conjointe si nous avions quelque chose de prévu pour le samedi. Il y avait bien quelque chose de prévu, et ça s’appelait FAIRE UNE SAUCE À SPAG. J’adore le spag, mais je vous avoue que je préfère une balade dans ma Nissan Leaf 2015 🙂 🙂 :).  C’est alors qu’elle me demande : « pourquoi cette question? ».

Lors de notre magasinage de souliers le week-end d’avant, j’avais pris sur moi de noter le numéro de modèle de la paire de souliers qu’elle aimait bien. J’avais donc, au préalable, vérifié la disponibilité des souliers dans les autres boutiques de la même chaîne, et ils étaient disponibles à trois endroits au Québec. Le plus proche de Québec étant Rivière-du-Loup. Est-ce que vous commencez à me voir venir avec mon histoire de souliers? 🙂 Les deux autres étant Mont-Laurier et La Sarre, c’est un peu loin de Québec, surtout en Leaf. Avoir eu une Tesla, peut-être, mais pour le moment, il n’y en a pas une dans ma cour.

Donc, elle me demande pourquoi j’ai posé cette question. Et je lui réponds que nous pourrions aller virer à Rivière-du-Loup avec la Leaf, c’est seulement à 220 km de la maison! Et ce serait vraiment une belle balade : la 132 vers l’est, c’est tellement joli et il y a plein de bornes de recharge de disponibles… et ils ont les souliers que tu aimais et qui te feraient si bien, je crois!!! Pas besoin de vous dire que la première réponse qu’elle m’a donnée parlait toujours de sauce à spag, mais après quelques argumentations, elle a fini par dire : oui je le veux !

Je le savais bien qu’elle dirait oui. J’avais déjà tout planifié les arrêts nécessaires pour le ravitaillement de l’auto et de la petite famille.

Vient enfin le samedi matin. Nous nous réveillons avant bébé qui fait toujours dodo profondément, même si le soleil est levé. On finit par entendre un « Kouak » : on lève bébé, un peu de lait dans son gobelet, quelques cuillères de céréales et, hop, on est tous dans la Leaf prêts à partir pour l’aventure.

(Je tiens à m’excuser à l’avance pour les fans de statistiques, mais je n’ai pas pris de photos de mon tableau de bord à chaque étape. Désolé 🙂 )

Bien sûr, nous sommes partis avec une pleine charge de la maison, de Lac-Beauport plus précisément. Mon itinéraire emprunte la 132 pour l’aller et un peu de l’autoroute 20 au retour. Pas besoin de vous dire que ma vitesse fut la même que celle indiquée sur les panneaux blancs que l’on voit tout le long du chemin. Pas d’excès de vitesse au menu, on n’est pas pressés. De toute façon, plus tu vas vite et moins tu vois les beaux paysages de la 132, sans oublier les km d’autonomie qui s’envolent plus rapidement.

Les étapes à l’aller :

  1. Première destination : la traverse Québec-Lévis, car cela nous fait sauver près de 30 km. En contrepartie, 11 $ pour la traversée.
  2. Deuxième arrêt : les Caisses Desjardins de Lévis, la charge y est gratuite et dans un stationnement souterrain, ce qui est cool. Bémol : vérifier les heures d’ouverture avant de vous y rendre, car les bornes ne sont pas disponibles en dehors des heures d’ouverture. Pire encore, question de ne pas vous faire prendre à l’extérieur quand votre véhicule est à l’intérieur. Nous n’étions pas obligés de nous arrêter, mais je voulais être en confiance pour me rendre à la prochaine étape. Nous avions seulement besoin de 35 minutes de charge, mais le magasinage fut plus long. Départ de Levis avec 100 %.
    2014-09-06 11.25.51 Caisses Desjardins Levis
    Caisse Desjardins de Lévis
  3. Viens ensuite le prochain arrêt, le restaurant Mikes de La Pocatière. Devinez quelle borne on y retrouve? Et oui, la meilleure au monde : la EVDuty de ELMEC, le tout jumelé au parcomètre du Doc Borné. Nous avons mis un gros 2 $ en monnaie (pas besoin de carte, c’est génial). On a pris notre temps pour manger et, à notre départ, nous n’avions pas 100 %, mais amplement d’énergie verte pour nous rendre à Rivière-du-Loup.
    2014-09-06 15.06.35 Mikes Lapocatiere
    Mikes de La Pocatière
  4. Destination ultime : Rivière-du-Loup. Nous utilisons la borne de recharge située dans le stationnement de l’Hôtel Universel. Il s’agit d’une borne CS 90 Sun Country (charge gratuite).
    2014-09-06 18.41.49 Hotel R-D-L
    Hôtel Universel de Rivière-du-Loup

Il ne fallait pas oublier la raison de notre visite à Rivière-du-Loup, soit une paire de souliers pour ma conjointe. Comme la vie est bien faite, le magasin de souliers se trouve à 3 ou 4 minutes de marche de l’hôtel. Nous arrivons au magasin pour récupérer les souliers, MAIS il n’y en a plus!… C’est une blague, j’avais pris la peine de les faire mettre de côté lors de mon appel la veille. On passe à la caisse, la facture est de 14,99 $ plus taxes. Oui, c’est bien ça, 14,99 $ plus taxes. Je vous l’ai bien dit que toutes les raisons sont bonnes pour faire une balade de VÉ. Le plus drôle, ce n’est pas le prix des souliers, mais la réaction du gérant quand nous lui avons dit que nous étions descendus spécialement de Québec pour les souliers à 14,99 $ et, qui plus est, que nous sommes venus en . Je me demande encore si c’est le fait de venir spécialement de Québec pour les souliers ou si c’est le fait que nous sommes venus en VÉ qui a le plus perturbé ce gentil monsieur. C’était comme si nous lui avions dit que nous étions des Martiens. J’aurais aimé immortaliser ce moment sur mon cellulaire, mais je n’y ai pas pensé. Comme on avait du temps à dépenser, nous avons flâné dans les environs (restaurants et autres magasins) pour enfin nous rendre à l’auto. On est passé par la réception de l’hôtel pour leur dire merci et pour se renseigner sur les prix d’une chambre et sur les services qu’ils offrent si jamais on voudrait revenir. Le préposé très gentil nous mentionne que la piscine, le spa et la glissade d’eau intérieurs de l’hôtel sont accessibles à tous, même si vous n’avez pas de chambre. Bien sûr, vous devez débourser des frais qui sont très raisonnables. C’est garanti, à notre prochaine visite, nous apporterons nos maillots et nous allons nous saucer les orteils pendant que la Leaf fait le plein d’énergie verte.  Avoir su avant, on les aurait apportés.  Non mais sérieusement, quoi de mieux que de relaxer dans un spa pendant que ton auto fait le plein d’énergie verte? Avez-vous déjà rencontré une station-service qui offre un tel service? Moi, jamais. Assez dur à battre non? A oui, j’oubliais, nous n’étions pas à 100 %, mais c’était suffisant pour la première étape du retour.

Les étapes au retour :

  1. Premier arrêt : Auberge-Motel Blanche d’Haberville à Saint-Jean-Port-Joli via l’autoroute 20, cette fois, et que je vais nommer la mangeuse de km. Pour info, la 20 ne fait que monter, entre Rivière-du-Loup et Lévis, ce qui a un impact direct sur les km d’autonomie. Avoir su, nous l’aurions fait à l’aller et non au retour. Ceci étant dit, deux bornes EVDuty avec parcomètre du Doc Borné sont à notre disposition dans le stationnement de l’auberge. Et hop! Un petit 2 $ et une petite marche de 1 minute pour se rendre au restaurant juste en face et dont j’ai oublié le nom. Nous prenons un petit repas de Fish’n Ship et bébé, qui n’a que 14 mois et qui marche depuis seulement une semaine, donne un spectacle aux clients qui sont tous tombés en amour avec elle. Quel bébé GÉNIAL! Encore une fois, nous n’attendons pas le 100 % et quittons pour Lévis avec un peu de fatigue qui s’installe et une batterie aux alentours de 90 %.
    2014-09-06 20.14.58 Auberge St-J-P-J
    Auberge-Motel Blanche d’Haberville à Saint-Jean-Port-Joli
  2. Enfin à Lévis, il fait noir, ma conjointe et bébé dorment. Comme je n’étais pas à 100 % à mon départ de l’auberge, je vais devoir faire un arrêt d’au moins 75 minutes si je veux me rendre à la maison. Cette fois, pas le choix de prendre le pont Pierre-Laporte  et l’autoroute 20, car le traversier n’est plus en opération après 23h00. Ce sont des km de plus que je n’avais pas prévus. Les Caisses Populaires étant fermées, je me suis rendu chez Habel Pneus et Mécanique (selon PlugShare), mais qui en fait est Pneu Ratte. Ici, on a droit à une borne de ADDénergi au coût de 1 $/heure, et c’était ma première utilisation de ce réseau. Nous faisons tous une sieste dans l’auto d’environ 75 minutes, puis vient l’heure du départ. Nous ne sommes qu’à 50 %. Le taux de charge m’a semblé bas. Je pensais qu’en 75 minutes, j’aurais récupéré davantage, mais je devrais être OK pour la destination finale, le Lac-Beauport. On aurait pu charger plus longtemps, mais là, nous avions un peu, beaucoup hâte d’être dans notre lit. Bébé, elle, dormait déjà depuis longtemps, heureusement.
  3. La maison. Pour ceux qui ne connaissent pas beaucoup Québec, l’autoroute Laurentienne qui mène au Lac-Beauport (c’est aussi la 73 direction Chicoutimi) offre un dénivelé important. À la hauteur de la 40 (autoroute de la Capitale), nous sommes un peu plus hauts que le niveau de la mer, et je dois monter jusqu’à 380 m pour me rendre à la maison et ce, sur une distance d’environ 15 km. Nous sommes inquiets. À quelques km de la maison, l’indicateur de batterie s’allume, la batterie indique 16 % et le système nous dit de sa voix douce : tu devrais peut-être penser à te trouver une borne mon grand si tu veux te rendre chez vous. À 5 km de la maison, l’auto n’affiche plus de km d’autonomie mais « — », et ça clignote. Finalement, on arrive à la maison : 8 % restant.

Au total, nous avons parcouru 460,1 km avec une moyenne de 7,2 km/Kwh. Nous avons consommé 63,9 Kwh, et notre temps de déplacement fut de 7,8 heures. La durée totale du voyage a été d’environ 16 heures. Une autre statistique intéressante est le fait que nous avons participé à la réduction des émissions CO2 de l’ordre de 84 kg en utilisant la Leaf. Cette information est tirée des données fournis par Carwings qui est le service de télématique de Nissan pour la Leaf. Nous avons payé 5,16 $ pour les recharges, 11 $ de traversier et 14,99 $ pour les souliers. Je n’inclus pas la nourriture, car nous aurions quand même mangé si nous étions restés à la maison.

Je termine en disant ceci : ce fut une super de belle journée et une expérience géniale. Je le referais demain sans hésitation. La seule chose que je ferais différemment, par contre, c’est d’apporter mon costume de bain pour l’hôtel et, ainsi, repartir de Rivière-du-Loup à 100 %.

Nous avons la Leaf depuis seulement 44 jours au moment d’écrire ces lignes et nous avons plus de 4000 km de rouler. Jamais plus je ne retournerai au véhicule à essence. Avec le VÉ, nous retrouvons le plaisir de faire des balades pour le simple plaisir de faire des balades. Je fais presque volontairement des oublis sur la liste d’épicerie uniquement pour retourner faire une balade en VÉ. Ma satisfaction est totale, alors imaginez le plaisir incommensurable une fois les bornes 400V déployées, et imaginez le plaisir quand mon deuxième véhicule sera remplacer par un autre VÉ en avril prochain.

Longue vie au VÉ et au retour des balades en auto pour le simple plaisir de faire une balade et, encore une fois : toutes les raisons sont bonnes pour une balade en véhicule électrique !

 

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires