Voitures électriques

Mes impressions sur la toute nouvelle Mustang Mach-E

Je suis actuellement en possession de la toute nouvelle Mach-E entièrement électrique (modèle First Edition). Je l’ai pour une semaine. Je le dis tout de suite, je suis très impressionné. Et pas juste parce qu’elle est puissante, racée et qu’elle fait tourner les têtes. Cette voiture a vraiment plein de belles qualités, je n’en reviens pas ! Les ingénieurs de Ford ont vraiment fait un travail exemplaire.

Mais commençons par le commencement. J’avais peur d’avoir blessé Sylvain Juteau, le fondateur de ce site, le 22 avril dernier, en affirmant que je n’aimais pas la couleur de sa Mustang faisant partie de son parc de VÉ en location. Eh bien, au contraire, il m’a plutôt invité à en faire l’essai !

J’ai donc quitté ma demeure vers 9 h pour me rendre à Trois-Rivières à sa fameuse station Roulez Électrique. J’ai emprunté l’autoroute 15 vers le sud jusqu’à Boisbriand pour une première recharge d’une dizaine de minutes. Ensuite, j’ai pris la 640, puis la 40 jusqu’à Berthierville pour une deuxième recharge.

Ma Spark à la station de recharge rapide de Berthierville.

Comme d’habitude, il n’y avait personne aux bornes rapides. Ça me fait toujours rire quand je vois des gens affirmer qu’il ne veulent pas de voitures électriques, car ils craignent de tomber sur des bornes congestionnées lors d’un long déplacement.

Moi, étant donné que ma Spark EV possède peu d’autonomie, je fréquente souvent les stations de recharge rapides et je n’attends jamais ! J’ai l’impression que certains se cherchent des raisons pour ne pas passer à la voiture électrique ! En tous cas, ma photo montre bien qu’il n’y a pas de congestion !

Après ma recharge à Berthierville, j’ai continué d’une traite jusqu’à Trois-Rivières. Je suis arrivé à station Roulez Électrique un peu avant midi. 

Quand j’ai vu la Mustang en vrai, ça m’a surpris. Je l’ai trouvée beaucoup plus belle que je pensais. Même avec sa couleur bleue Smarties ! (Rires) Moi je préfère cette voiture dans le blanc, mais je sais que c’est une question de goût.

J’ai stationné ma Spark à côté de la belle bleue et je suis allé jaser avec mon patron Sylvain Juteau. Comme d’habitude, on a parlé de voitures électriques pendant un bon moment ! Puis on a fait le tour de la Mach-E, on a fait une photo et je suis parti.

Première impression
Comment vous décrire mon expérience au volant de cette Mustang ? C’est pas compliqué, j’ai adoré ça ! On se sent vraiment bien à l’intérieur de cette voiture.

C’est joli, c’est soigné, c’est luxueux. Et en plus, c’est très confortable. Mais vous savez ce que j’ai le plus aimé ? C’est le feeling de la conduite. Car c’est à la fois une voiture facile à conduire et excitante. J’irais même jusqu’à dire qu’elle fait ressortir en nous notre petit côté rebelle !

Ça m’a rappelé quand j’étais jeune et que mon père possédait une Camaro décapotable. C’était l’époque de l’Expo 67. Tous nos voisins avaient de grosses berlines ordinaires, des Chevrolet Impala, des Buick Delta 88. Mon père lui, l’écrivain Claude Jasmin, avait l’air du mouton noir sur ma rue avec sa Camaro rouge ! Plus libre et plus grande gueule que tout le monde, il faisait un pied de nez à nos voisins conservateurs en s’affichant avec cette bagnole !

Et c’est un peu comme ça que je me sentais au volant de ma Mustang. Je regardais les conducteurs de Honda Fit avec un petit sourire narquois. J’avais l’impression d’être un peu rocker. Je me sentais dans la peau d’un Éric Lapointe ! (Rires)

Rapidement je suis arrivé à la hauteur de Berthierville. Avec ce VÉ possédant une batterie de 88 kWh utilisable et une autonomie de 450 km, c’est sûr que j’avais assez d’autonomie pour me rendre à Val-David sans me recharger ! Mais pour le fun (et pour prendre un café), je me suis arrêté quand même à la station de recharge. Encore une fois, comme vous pouvez le constater, il n’y avait personne en train de se recharger !

Mais attention, je ne dis pas que c’est impossible d’attendre à une station de recharge rapide, ça peut arriver c’est sûr, je dis juste que ça arrive très rarement. Moi, en quatre ans au volant de ma Spark, j’ai dû attendre quatre ou cinq fois. Et jamais plus de 10 minutes.

En reprenant l’autoroute, j’ai fait quelques tests d’accélération. Avec ses 346 chevaux, ça marche cette petite bête-là, c’est pas possible ! Sur papier, je sais que c’est un peu moins rapide qu’une Tesla Y. Mais pour avoir conduit les deux voitures, je peux vous dire que je n’ai pas vu une grosse différence. C’est aussi tripant avec l’une que l’autre !

Ensuite, j’ai décidé d’essayer le régulateur de vitesse intelligent. Pour ceux n’ont jamais essayé ça, c’est un « cruise » qui ajuste la vitesse en fonction du véhicule devant nous. Sylvain m’avait rien dit de son fonctionnent et j’ai tout deviné tout seul. j’ai même essayé l’autopilote qui permet de lâcher le volant ! Tout est d’une simplicité déconcertante. De toutes les voitures que j’ai conduites jusqu’à maintenant, c’est le meilleur système que j’ai essayé, entre autres grâce au petit écran devant nous qui nous montre tout ce qui se passe. Ça devient un vrai jeu d’enfant et ça ne demande aucune explication !

Chère la Mustang Mach-E ?
Ça tourne entre 50 et 70 000 $ selon la version choisie. Ce qui est intéressant, c’est que les modèles moins chers ont droit à la subvention de 8 000 $.

Pour l’année-modèle 2021, Ford a décidé d’en construire 50 000. Est-ce que c’est facile de s’en procurer une ? Selon les concessionnaires que j’ai contactés, c’est assez facile pour les modèles haut de gamme. Pour le modèle de base par contre, c’est plus difficile. On achève déjà la construction des 2021.

Si vous voulez avoir le modèle de base (qui est quand même bien équipé) d’ici la fin de l’année, il faut le réserver tout de suite et ça sera une 2022. N’oubliez jamais que lorsqu’on souhaite s’acheter un VÉ, il faut réserver et attendre. C’est comme ça que ça marche pratiquement partout et il ne faut surtout pas que ça vous arrête !

Moi je suis convaincu que cette voiture va avoir un énorme succès tant au Canada qu’aux États-Unis. Pour l’instant, Ford ne pousse pas trop la vente, car il ne répond pas à la demande. Vous savez pourquoi ? 60% de tous les Mach-E qu’il construit prennent le chemin de l’Europe ! Ford n’est pas fou. Étant présent là-bas, il ne veut pas payer d’amende en dépassant les taux de CO2 permis là-bas. Il a donc intérêt à vendre des véhicules électriques en Europe pour compenser ! Il reste donc un maigre 40% de la production pour l’Amérique du Nord…

J’espère bien que Ford va augmenter sa capacité de production de Mach-E pour l’année-modèle 2022. Car c’est sûr que cette voiture est vouée à un bel et long avenir. Elle a tout ce qu’il faut pour plaire à une très vaste clientèle et pas juste aux amateurs de Mustang. En fait, le Mach-E est un VUS (ou plutôt un multisegment) dans la même catégorie et d’une grosseur équivalente à la Tesla Model Y. Le nom Mustang, c’est juste pour nous attirer, pour nous séduire. Et ça marche !

En passant, nul part sur la voiture on a écrit le nom de Ford ou de Mustang. Il n’y a que le dessin d’un cheval…

Je suis arrivé chez moi vers 3 heures de l’après-midi, pas fatigué du tout, grâce entre autres au confort exceptionnel des sièges et à l’autopilote. Est-ce que je préfère la Tesla Y ou la Mustang Mach-E ? Hum… C’est difficile à dire. C’est encore trop nouveau pour moi. Laissez-moi l’apprivoiser quelques jours et je vous reviens avec la réponse dans mon second et dernier article sur la Mach-E.

Photo ci-dessus : la Mach-E une fois arrivée chez moi.
Photo couverture : moi en compagnie de Sylvain Juteau, le grand patron de Roulez Électrique.
Derrière l’appareil : Isaac Juteau.

Imprimer cet article

Zone vidéos

Consultez notre zone vidéo consacrée à la mobilité électrique au Québec.

Besoin d’aide avec votre achat?

Nos services offerts

Apprenez-en davantage sur les services offerts chez Roulez Électrique.

Boutique

Procurez-vous votre solution de recharge et accessoires.

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi:

Nos partenaires