Si le réchauffement climatique s’avérait être un « fake news », continuerais-je à écrire cette chronique ?