L’échec économique prévisible du pétrole sale