Pourquoi je suis en faveur d’un modèle concurrentiel pour l’autopartage en libre service