Bornes de rechargeBornes de recharge rapidesCircuit ÉlectriqueÉlectrification des Transports

Le Circuit électrique d’Hydro-Québec : de nombreux défis.

Le bagage de connaissances de Daniel sur l’électrification des transports est tel qu’il est incommensurable! Daniel se consacre désormais aux «3E» : Énergie, Environnement et Électrification des transports! Bienvenue dans la communauté de Roulez Électrique, Daniel!

Sylvain Juteau
__________________________________________________________________________________

Un des dossiers qui interpellent les gens n’étant pas familiers avec la voiture électrique est celui des infrastructures de recharge. Mais les gens ne l’expriment pas aussi clairement.

Leurs questions et commentaires vont plutôt dans le sens suivant :

  • « Si je m’achetais une voiture électrique, où pourrais-je me brancher? »
  • « Y a-t-il assez d’endroits où se brancher? »
  • « Si je veux aller en vacances en Gaspésie, puis-je me brancher pour me rendre là-bas? »

Or, ces questions sont tout à fait pertinentes et légitimes.

Tout comme les infrastructures de « recharge pétrolière » qui ont progressivement dû être mises en place il y a un peu moins de 100 ans, les infrastructures de recharge électrique sont en train d’être déployées au Québec à une vitesse que les plus mordus considèrent trop lente, mais qui est plus rapide que partout ailleurs au Canada, sauf peut-être en Colombie-Britannique où le gouvernement provincial a aussi commencé à déployer un réseau de bornes de niveau 2 et travaille sur un réseau de bornes de niveau 3 avec, croyez-le ou non, l’appui du gouvernement fédéral.*

L’Ontario : Ouf.

Êtes-vous déjà allé en Ontario en voiture électrique? C’est bien simple, la vitesse de déploiement des infrastructures de recharge de la province la plus populeuse du Canada (50 % plus d’habitants qu’au Québec) y est d’une lenteur affligeante. Lors du voyage où Sylvain et moi nous sommes rendus à Détroit en Tesla, nous avons pu apercevoir plusieurs panneaux sur lesquels il était écrit :

« Future home of electric vehicle plug-in charging stations »

IMG_0913

Ces panneaux étaient installés à toutes les haltes routières de la chaîne ONROUTE le long de l’autoroute 417. Après en avoir vu plusieurs, je suis allé voir le gérant d’une de ces haltes pour lui demander quand ces panneaux avaient été installés et quand les bornes seraient mises en place.

Sa réponse fut édifiante.

Il nous a appris que ces panneaux avaient été installés plus de 2 ans et demi auparavant… et que depuis il n’avait plus eu aucune nouvelle.

Déprimant.

C’est pourquoi je le réitère : le travail effectué par l’équipe du Circuit électrique d’Hydro-Québec est de grande qualité et mérite d’être souligné. Hydro-Québec est très critiquée ces jours-ci (souvent à raison), mais les gens du Québec doivent réaliser à quel point l’équipe du Circuit électrique fait des pieds et des mains pour faire avancer de bonne manière l’électrification des transports au Québec.

Cela dit, de nombreux défis attendent le Circuit Électrique lors des mois et années à venir.

La tarification

Parmi ces défis, on peut évoquer la tarification. En effet, compte tenu des divers types de véhicules électriques qui sont arrivés ou s’en viennent sur le marché, on assiste à des situations de distorsions à cause du tarif fixe qui en avantage certains et en désavantage d’autres. De plus, ce tarif fixe crée des problèmes tels que le fait que certains électromobilistes abusent du temps qu’ils laissent leur voiture branchée à la borne, privant du coup l’accès aux autres personnes qui voudraient aller y brancher leur voiture.

Croyez-vous que des stations-services laisseraient des voitures stationnées près d’une pompe?

À mon avis, la tarification devra faire l’objet d’un réexamen d’ici peu.

Les sites

S’il y a des commerçants, des entreprises et des municipalités qui font preuve d’une grande ouverture et sont parfois même particulièrement proactifs (tels que la chaîne de restaurants St-Hubert) en ce qui a trait à l’installation de bornes, certains autres sont plutôt hésitants et même parfois carrément réfractaires à l’installation de bornes sur leurs sites. Je peux mentionner le cas de plusieurs stationnements extérieurs dans le centre-ville de Montréal où les proprios ne veulent pas débourser un rond pour appuyer l’électrification des transports.

Disons les choses clairement : ils s’en sacrent comme de leur dernière chemise.

D’ailleurs, lorsque j’étais député dans le centre-ville, ce fut la croix et la bannière pour que je puisse trouver un endroit où brancher ma Volt près de mon bureau situé à l’intersection des rues Ste-Catherine et St-Hubert. J’ai fini par m’entendre avec le propriétaire du stationnement de la Place Dupuis qui a installé une prise 120 volts (ô joie)… ce qui faisait augmenter ma facture de stationnement de 100 $ par mois!

Et de tels problèmes se retrouvent partout : le long de l’autoroute 20, de la 175 qui traverse le parc des Laurentides, de l’autoroute 15 qui mène à Tremblant, etc., etc., etc.

Bref, ce ne sont pas tous les commerçants qui collaborent.

De plus, les gens qui demeurent en milieux urbains, en appartement ou en condo devront se trouver des endroits où se brancher près de chez eux. Or, cela n’est à peu près pas possible… pour le moment.

Le déploiement des bornes de niveau 2

Je me rappelle le moment où nous avons annoncé le déploiement du corridor de recharge Québec-Vermont. Je ne pouvais m’empêcher de sourire lors de cette annonce car je voyais bien que les journalistes présents ne comprenaient pas qu’une personne qui désirait se rendre au Vermont en Nissan Leaf prendrait un temps fou à s’y rendre car il s’agissait d’un réseau de bornes de recharge de niveau 2.

Mais, c’est là où on en était en 2013.

2 ans plus tard, la situation a beaucoup évolué et elle va évoluer de plus en plus rapidement.

Le problème auquel fait face le Circuit électrique est le suivant : leurs bornes de niveau 2 sont payées à 100 % par leurs partenaires, ce qui rend ce déploiement beaucoup plus facilement acceptable des points de vue économique et de relations publiques pour Hydro-Québec. Sauf que plusieurs de ces bornes deviendront rapidement désuètes avec l’arrivée sur le marché de véhicules de plus en plus performants et dont l’autonomie va augmenter substantiellement au cours des prochaines années.

C’est un peu comme lors du déploiement des réseaux sans fil. La puissance a dû être considérablement rehaussée avec l’arrivée d’ordinateurs et de téléphones de plus en plus performants… et exigeants.

Le déploiement des bornes de niveau 3

Alors que vient à peine de commencer le déploiement de ces bornes, il commence DÉJÀ à se former des files d’attente aux bornes de long de l’autoroute 40. Cela m’est d’ailleurs personnellement arrivé.

Et ce phénomène ira en grandissant.

C’est pourquoi le Circuit électrique devra rapidement repenser le déploiement de ses bornes de niveau 3. Une seule borne par site n’est pas viable et devra être repensé.

De plus, la prémisse de base de leur réflexion et de leur déploiement voulant que 95 % des recharges se font à la maison et au travail est fausse car, ça aussi, ça va bientôt changer. J’y reviendrai.

En résumé, les prochaines années seront passionnantes en matière d’électrification des transports, aussi bien du côté des véhicules que des infrastructures.

Les gens du Circuit électrique ont fait du bon boulot à date, mais sauront-ils s’adapter à la rapide évolution (pour ne pas dire la révolution) qui se pointe devant nous?

Je l’espère.

*http://pluginbc.ca/charging-stations/public-charging/

Imprimer cet article

Besoin d’aide avec votre achat?

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi:

Nos partenaires