Électrification des TransportsVoitures électriques

La fierté de rouler en VÉ!!

Hier, je me suis trouvée un peu folle ou, du moins, excessive. J’étais en chemin vers la maison sur l’autoroute. Je roulais bien doucement, à un peu moins de 100 km/h, dans la voie de droite évidemment! Puis, une petite Smart noire est passée comme une fusée à ma gauche. Elle devait rouler au moins 120 km/h. Ce n’est certainement pas aussi rapide qu’un vaisseau Dragon de SpaceX, me direz-vous, mais c’est tout de même l’impression que j’ai eu dans mon cocon de zénitude qu’est la Focus Washington. Or, je me suis sentie prise d’une curiosité inexplicable pour la plupart des gens. Je n’avais pas eu le temps de voir si ladite Smart était à essence ou électrique : il fallait absolument que je sache! Question de vie ou de mort! J’ai donc accéléré jusqu’à rattraper la mini-voiturette qui roulait encore pas mal vite, et le cœur me débattait, surtout que j’entrevoyais de loin que c’était un futur acheteur, puisqu’une plaque X recouverte de plastique pendait gaiment sur le pare-chocs arrière de l’auto. Un nouvel électron libre, me suis-je dit, mais j’ai vite constaté avec une immense déception que la voiture était malheureusement à essence. J’ai gentiment repris ma vitesse de croisière en haussant les épaules : « s’il savait ce qu’il manque, pauvre lui! »

Mais quel est donc cette étrange maladie que j’ai soudainement contractée dès que je me suis mise à conduire un VÉ? Suis-je la seule à agir ainsi? À chaque fois que je vois une voiture électrique, je suis énervée comme c’est pas possible, et je me suis même prise à faire des « beubye » à un conducteur de Volt que je ne connaissais même pas l’autre jour! Et savez-vous quoi? Je n’étais pas du tout au volant de la Focus EV; j’étais à bord du F150 de mon mari!! Ce cher voltairien a dû me trouver vraiment étrange…

Je crois que mon virus s’appelle la fierté. Parce qu’à présent, les automobilistes qui souhaitent se distinguer ne doivent pas se fier au Dodge Challenger, Ford Raptor ou Lincoln Navigator de ce monde. Oubliez ça, les gros moteurs ultra-polluants. Même une voiture de luxe comme une Mercedes n’arrive pas à la cheville de nos Leaf, Volt, iMiev, Smart EV et, bien évidemment, Tesla. Si vous souhaitez être glamour, être distingués, être technos, être « dans le vent », c’est un VÉ qu’il vous faut. Les VÉ sont rares, uniques, à la fine pointe de la technologie, bien équipés et, dernière chose et non la moindre, ils sont écologiques! Car voilà le mouvement du 21e siècle que n’importe quelle personne sensée veut rejoindre : le « green ».

Attention, je ne dis pas que tous ceux qui conduisent encore des ICE sont des arriérés, mais je suis persuadée que ce sera le cas dans quelques années. Il reste un bout de chemin à faire, mais je crois qu’une grande étape a été franchie, c’est-à-dire la « glamourisation » du VÉ. De mon côté, j’ai remarqué que de plus en plus de personnages de téléséries américaines conduisent des Volt. Et je suis sûre que vous pourriez me donner plusieurs exemples de vedettes qui s’affichent au volant de bolides verts. Qui plus est, le symbole par excellence des électriques, la Tesla, n’est-elle pas la meilleure voiture de toutes? Alors qui parmi les gens riches et célèbres voudra des autres luxueuses, mais qui n’ont pas l’intelligence écologique de la Tesla? Personne!

Moi, enfin, qui suis toujours au volant de la Focus Washington et qui viens juste de me rendre compte que l’automobiliste à ma gauche fait l’erreur de ne pas choisir le EV qui vient au bout du mot Smart (je suis encore sur l’autoroute… il faut suivre!), je viens de mettre le doigt sur le bobo : j’ai attrapé la maladie extrêmement contagieuse de la fierté de rouler en VÉ. Je songe donc que ma chère Focus a tout de même un défaut. Personne ne me remarque. C’est vrai! Qu’est-ce que ça donne d’être « à la page », si on ne me voit pas? La Focus n’a pas le charme et la prestance de la Tesla, elle ne fait pas tourner les têtes comme la Volt et ne se fait pas pointer du doigt comme la Leaf. Or, il faudrait vraiment qu’on remédie à la situation. Ça s’en vient d’ailleurs, car Roulez Électrique travaille sur sa nouvelle image depuis quelque temps et compte bien offrir aux électromobilistes l’occasion de s’afficher ouvertement. Plusieurs objets utiles à l’effigie de Roulez Électrique seront disponibles pour vous. Que diriez-vous d’une tuque indiquant clairement : « Adieu pompiste! », par exemple. Avouez que ça ferait fureur lorsque vous irez acheter du lave-glace à la station-service!

Mais moi, ce que j’ai vraiment hâte de faire, c’est de me balader avec une immense feuille verte sur la portière de la Focus électrique et, plus encore, d’avoir une belle étiquette scotchée sur mon pare-chocs arrière disant à qui veut l’entendre : Silence, on roule!

Imprimer cet article

Besoin d’aide avec votre achat?

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi:

Nos partenaires