Électrification des TransportsTeslaVoitures électriquesVoyage

Ma 2e fois à Détroit… fut en Tesla!

Photo : Arrivée à l’hôtel de Détroit.
Le bagage de connaissances de Daniel sur l’électrification des transports est tel qu’il est incommensurable! Daniel se consacre désormais aux «3E» : Énergie, Environnement et Électrification des transports! Bienvenue dans la communauté de Roulez Électrique, Daniel!
Sylvain Juteau
____________________________________________________________________________________________________________________

Dans le passé, je suis venu à quelques reprises à Détroit pour le Salon de l’Auto, mais je ne suis venu ici qu’une seule fois auparavant en voiture… et ça fait un bon bout de temps.

Cette ville fondée en 1701 par l’aventurier français et gouverneur de la Louisiane, Antoine de Lamothe-Cadillac, a vu de nombreux bouleversements depuis 50 ans.

Ma première fois à Détroit…

Nous y sommes allés avec la voiture de mon père, une Ford Galaxy 500, 7 litres 1966, une voiture rare et très puissante.

À ce moment-là, deux Johnson jouaient un rôle important dans nos vies :

– Lyndon B. était président des États-Unis,

– Daniel était premier ministre du Québec.

Je commençais à peine à fréquenter l’école et déjà, je me passionnais de voitures. Ma mère m’a raconté qu’à cet âge, je pouvais déjà nommer les marques et modèles des voitures que nous croisions.

Les muscle cars étaient de plus en plus populaires et mon oncle «yankee» travaillait chez Ford, à l’usine où se faisait l’assemblage de la Shelby Cobra 427. Il me racontait que les employés aimaient tellement cette voiture qu’ils mettaient leur nom sur une liste d’attente afin de pouvoir faire des heures supplémentaires à sortir cette voiture de l’usine pour l’amener dans le stationnement…

Et Détroit était prospère.

Ça fait longtemps.

C’était en 1967, mais contrairement à la chanson de Beau Dommage, tout n’était pas beau.

Quelques semaines après notre départ, de violentes émeutes ont eu lieu dans cette métropole du Michigan qui ont bouleversé le destin de cette ville. Une grande partie du centre-ville (2 000 édifices) a été victime des flammes, ce qui a amorcé le déclin de Motor Town.

Suite à ces événements, mon oncle, ma tante et mes cousins sont venus s’établir au Québec.

Ma deuxième fois à Détroit.

Presque un demi-siècle plus tard, je suis revenu en voiture, mais les choses ont beaucoup changé ici à Détroit…

– Certains quartiers de la ville ont l’air de zones dévastées. En 2013, près de 80 000 maisons étaient abandonnées dans la ville.

– Alors qu’en 1950, on dénombrait 300 000 emplois dans le secteur manufacturier, aujourd’hui il en reste moins de 30 000, une baisse de 90 %.

– En 60 ans, la population a chuté de plus de 63 %.

– Le taux de criminalité de Détroit est rendu 5 fois plus élevé que la moyenne nationale, 11 fois plus élevé per capita qu’à New York.

– En 2009, GM et Chrysler ont fait faillite; en 2013, c’était au tour de Détroit.

Pour ce second voyage, je suis venu à Détroit une fois encore à bord d’une voiture rare et très puissante :

Mais cette fois-ci, il ne s’agit plus d’une voiture construite par un des constructeurs du Big 3 (GM, Ford, Chrysler), mais par une petite compagnie de Palo Alto en Californie, dans la région connue sous le nom de Silicone Valley.

Cette fois-ci, nous avons fait le trajet à bord d’une Tesla S 85, propriété de Sylvain Juteau.

Alors qu’en 1960, Détroit avait le revenu par habitant le plus élevé des États-Unis, on pourrait dire qu’elle a été remplacée 50 ans plus tard par Silicone Valley. Il semble donc approprié que l’entreprise automobile qui semble en voie de marquer l’avenir de l’automobile vienne de cette région.

Un voyage… dans le futur.

Partant de St-Hyacinthe, nous nous sommes arrêtés à Cornwall en Ontario pour déjeuner pendant que la voiture se rechargeait sur une des bornes du système Supercharger de Tesla. Ce système est rien de moins qu’extraordinaire.

Les bornes sont d’un design ultra moderne et sont aussi bien pensées qu’elles semblent faites pour durer. Le temps de recharge à 90 % est de moins d’une demi-heure, moins de temps qu’il ne nous en a fallu pour déjeuner.

Nous nous sommes ensuite rendus jusqu’à Kingston, mais à cet endroit les bornes Supercharger n’étant pas encore en opération, nous avons dû attendre qu’un autre propriétaire de Tesla daigne finir de se charger sur une borne d’un autre fournisseur pour que nous puissions nous charger (bien plus lentement) et nous sommes ensuite repartis. Ce propriétaire de Tesla n’a même pas eu la gentillesse de nous contacter avant de partir pour nous avertir afin que nous puissions aller nous brancher.

Nous nous sommes alors rendus à Toronto pour y refaire une recharge ultra rapide au magasin Tesla. Nous avons soupé au centre-ville puis sommes allés dormir à Woodstock. Là, nous nous sommes branchés sur un autre Supercharger et au matin nous sommes partis pour finir par arriver à Détroit… ou il n’y a pas de Supercharger.

En fait, non seulement n’y a-t-il pas de ces bornes Tesla à Motor Town, mais l’État du Michigan a récemment adopté une loi anti-Tesla afin d’y interdire la mise sur pied de concessionnaire-magasins Tesla.

Rendus à notre hôtel, nous avons été accueillis par le personnel qui n’avait aucune idée de ce qu’était cette étrange voiture étrangère(!) que nous conduisions. Nous avons demandé si nous pouvions brancher la voiture en quelque part. C’est alors qu’ils ont gentiment offert que nous nous branchions sur une prise de 120 volts… ce qui a fait disjoncter le circuit en moins de temps qu’il ne faut pour dire dépassé.

Détroit en 2015 : Comment les constructeurs joueront-ils leurs cartes?

Il y a quelque chose de triste dans le déclin de Détroit. Alors que de nouvelles idées, initiatives et visions émergent en ce 21e siècle, je serais très désolé de constater que les constructeurs de Détroit perpétuent l’inertie en matière automobile. On nous a parlé de grosses annonces en matière de véhicules hybrides, hybrides rechargeables et électriques… mais les ventes de VUS et de camionnettes explosent.

En cette année 2015, il y aura confrontation :

D’un côté :

le dossier des changements climatiques sera à l’avant-poste au Sommet de Paris,

De l’autre :

le prix du pétrole est à la baisse, les républicains sont maintenant majoritaires et certains constructeurs veulent repousser à plus tard  le resserrement des normes de consommation imposées par le gouvernement Obama.

Nous verrons bien comment les constructeurs de Détroit joueront leurs cartes.

Supercharger de Cornwall
Supercharger de Cornwall
Supercharger de Toronto
Supercharger de Toronto
Supercharger-nuit

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires