Voitures électriques

Êtes-vous un pro de la conduite électrique ?

Bien des gens conduisent leur voiture électrique comme s’il s’agissait d’une voiture à essence. Toutefois, pour les amoureux des véhicules électriques comme moi, on ne conduit pas un VÉ comme on conduit une voiture à essence. Pourquoi ? Parce qu’un moteur électrique ne fait pas que propulser la voiture, il génère aussi de l’électricité, ce qui change notre façon de conduire. 

Vous conduisez un VÉ ? Le conduisez-vous comme s’il s’agissait d’une voiture à essence ou vous tenez compte de sa particularité ?

La différence
Quand on passe à la voiture électrique, on freine moins souvent étant donné que le moteur électrique ralentit la voiture lorsqu’on relâche l’accélérateur. Certains sont surpris au début, mais la plupart des gens s’habituent rapidement. Ça, c’est la manière « normale » de conduire une voiture électrique.

Mais sachez qu’il y a aussi la manière « poche » et la manière « pro ».

La manière « poche »
La manière poche, c’est simple, c’est tout simplement de désactiver la régénération ! Mais sachez que ça ne change pas grand-chose à l’autonomie, car la régénération d’énergie se fait quand même.

Comment ça ? C’est que lorsqu’on appuie sur les freins avec un VÉ, on vous joue un petit tour : ce ne sont pas les freins qui sont sollicités, mais plutôt le rotor du moteur électrique qui passe en mode régénération. Tout cela bien sûr pour imiter le comportement d’une voiture à essence. Et c’est pour ça que c’est un peu poche…

Un conducteur aguerri conduit en fonction des particularités de son véhicule. C’est pour cette raison que je privilégie la conduite que j’appelle « normale » et qui consiste à accepter de vivre avec une voiture qui freine naturellement lorsqu’on relâche l’accélérateur.

La manière « pro »
Mieux encore que la conduite « normale », il y a la conduite « pro ». Faites-vous partie de ce club sélect ? Pour le savoir, vous devez répondre positivement à cette question : « êtes-vous capable de moduler à la fois l’accélération et le freinage de votre véhicule électrique uniquement avec la pédale d’accélération ? » Si la réponse est « OUI », vous êtes un pro !

Tout cela est du chinois pour vous ? Essayons de tirer cela au clair…

Supposons que je roule dans une voiture électrique (Spark, Bolt, Leaf, Tesla, qu’importe). Ça descend, il y a une côte. Qu’est-ce que je fais ? Étant donné que j’active toujours le mode régénération, je n’ai qu’à relâcher la pédale d’accélération.

Si la voiture ralentit trop, j’appuie un peu sur l’accélérateur. Mais attention!, pas pour accélérer, mais pour MOINS ralentir. Je me sers de l’accélérateur pour moduler la régénération.

Vous saisissez ?  C‘est qu’en appuyant légèrement sur la pédale, je peux réussir à diminuer légèrement la régénération. Et si la voiture accélère trop en descendant la côte, je relâche doucement l’accélérateur pour intensifier la régénération.

Tous les pros de la conduite électrique conduisent comme ça. On arrive à un arrêt, on relâche l’accélérateur, puis on y retourne tout doucement pour moduler notre freinage et arriver à l’arrêt sans avoir à appuyer sur les freins. On appelle ça la conduite à une pédale.

Quand on maitrise bien cette technique, c’est vraiment amusant (et ça maximise l’autonomie).

Mais pas avec toutes les voitures…
Plus une voiture à un petit coté sportif et plus c’est amusant de régénérer de façon manuelle. Au volant d’un gros véhicule carré, ce l’est beaucoup moins. Tout comme c’est moins amusant d’opter pour une boite manuelle avec un Soul ou un CRV qu’avec avec une petite Mazda MX5 (Miata).

La Chevrolet Bolt que j’ai essayée récemment est l’un des meilleurs VÉs pour ça, non seulement à cause de sa conduite sportive, mais aussi de son système de régénération puissant et bien conçu. Il y a aussi la Ioniq, la eGolf, la Kona, la Leaf et bien sûr la Model 3 qui sont à l’aise avec la régénération.

Avec ma Spark, c’est un peu comme avec la Bolt, mais j’aimerais que la régénération soit un peu plus forte. Le « L » de la Spark est moins fort que le « L » de la Bolt. Sans compter que la Bolt possède une palette au volant permettant d’immobiliser complètement le véhicule. Ce que la Spark n’a pas.

Voilà pour la conduite « pro ». Je suis convaincu qu’en lisant cet article, certains vont découvrir qu’intuitivement ils connaissaient déjà la conduite « pro ». Pour les autres, ça va peut-être leur donner envie d’essayer ? C’est facile ! Pour ce faire, il suffit d’activer la régénération de votre VÉ (le plus intense possible), puis de rouler en essayant de toucher le moins possible à la pédale de frein.

Bonnes routes !

 

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires