Électrification des transports: la loi du silence