Électrification des TransportsLoi zéro émission au QuébecVoitures électriques

ATTENTION ! DÉTOURNEMENT d’acheteurs de voitures électriques!

Photo : Chez le concessionnaire, vous proposera-t-on le Ford Escape ou le Ford CMax Energi?

J’en ai déjà parlé. D’autres personnes du milieu des voitures hybrides et électriques en ont déjà parlé. Je peux maintenant vous confirmer que c’est une réalité qui pose réellement problème à tous ceux et celles qui veulent augmenter le nombre de véhicules partiellement ou entièrement électriques sur nos routes.

Priorité : Vendre nos produits

Les gens qui ont travaillé dans le commerce de détail savent que les vendeurs et vendeuses ont pour mission première de vendre le maximum de produits et services offerts par l’entreprise où  ils travaillent. Parfois, les commerçants vont offrir des primes aux vendeurs afin que ceux-ci poussent un produit ou un service en particulier, que ce soit parce qu’il en reste beaucoup en inventaire, parce que le détaillant en a acheté un lot en solde, parce qu’un modèle X ou Y changera sous peu ou pour d’autres raisons du même type.

Mais une chose est certaine : un client sera toujours poussé par un vendeur à acheter d’abord ce qui est en inventaire.

Dans le milieu de l’automobile, c’est la même chose.

CEPENDANT, un autre phénomène s’ajoute à celui que je viens de décrire. J’ai appelé celui-ci : Le DÉTOURNEMENT d’acheteurs de voitures électriques.

Et croyez-le ou non, il pose problème même aux constructeurs automobiles!

Lors de 2 discussions séparées que j’ai eues avec 2 constructeurs automobiles différents, ceux-ci m’ont tous deux avoué avoir testé plusieurs concessionnaires qui offraient leurs véhicules en versions partiellement et/ou entièrement électriques afin de savoir si les vendeurs accueillaient et informaient de façon convenable les clients potentiels sur ces véhicules nouveau genre.

Dans les 2 cas le résultat fut, disons-le, désastreux.

Premier test : le « client » qui veut des infos

Ces 2 constructeurs ont envoyé de faux clients chez des concessionnaires et leur ont donné la mission suivante : dire aux vendeurs qui vous accueillent tout ce que vous devez dire qui devrait normalement faire en sorte qu’il vous pointe en direction de la voiture partiellement ou entièrement électrique fabriquée par le dit constructeur :

  • Nous avons 2 voitures,
  • Je veux une voiture qui pollue le moins possible,
  • Je m’intéresse aux nouvelles technologies,
  • Etc.

Bref, dire tout ce qu’il faut SAUF qu’il ou elle cherche spécifiquement une voiture électrique. Le résultat fut, selon les dires de ces 2 constructeurs, décourageant. Dans pratiquement tous les cas, le vendeur ou la vendeuse pointait le client vers un véhicule fonctionnant à 100% au pétrole alors qu’à peu près toutes les phrases et tous les mots clés faisant partie de la formation donnée par les constructeurs pour vendre ces véhicules électriques avaient été évoqués.

Deuxième test : le « client » qui demande une voiture électrique

Suite à ces résultats, ces 2 constructeurs sont passé à la vitesse supérieure. Ils ont donné comme mission à leurs pseudo-acheteurs d’entrer chez plusieurs concessionnaires qui offrent leurs produits de dire qu’ils étaient intéressés par une voiture électrique.

Le résultat fut tout aussi décourageant.

Chez les concessionnaires de ces 2 marques, environ 3 « conseillers » sur 4 leur répondaient que le véhicule électrique X était pas mal, MAIS qu’ils leur suggéraient plutôt tel ou tel véhicule Y à essence, très économique en carburant, etc., etc., etc.

Édifiant.

Le grand perdant : le consommateur

Depuis plus de 15 ans, je fais ce test de façon régulière chez des concessionnaires et le résultat est à peine moins déprimant maintenant qu’il y a 15 ans. Mais il faut avouer que lorsque c’est rendu que des se sont des constructeurs automobiles qui sont frustrés de voir le peu d’intérêt et de rigueur de la part de concessionnaires qui offrent leurs produits, on est rendu à un autre niveau.

De plus, je sais que le même phénomène sévit aux États-Unis, la directrice du California Air Resources Board m’ayant fait part il y a 2 ans à peine de sa discussion avec un vendeur automobile qui a tenté pendant 30 minutes de la dissuader de s’acheter une voiture électrique en Californie alors qu’il y a une loi zéro émission en vigueur dans cet État depuis plus de 25 ans!

Ce modus operandi observé chez beaucoup de concessionnaires fait en sorte de priver les consommateurs d’un choix écologique et économique avantageux à plusieurs égards. Est-ce parce que les concessionnaires perdent des profits à l’entretien lorsqu’un automobiliste achète une voiture électrique plutôt qu’une voiture à essence?

La question mérite d’être posée.

Mais quoiqu’il en soit, une chose est certaine :

Face à de telles pratiques, les consommateurs sont perdants.

Cela indique de façon on ne peut plus claire l’ampleur de la tâche qui se dresse devant nous qui voulons faire passer le monde à la voiture électrique.

Cela indique aussi que les chiffres de ventes de voitures partiellement et entièrement électriques sont faussés à la baisse par cette pratique.

À la veille des discussions qui auront lieu en vue de l’adoption d’une loi zéro émission pour le Québec, le sujet du détournement de clients de voitures électriques qu’on observe chez de nombreux concessionnaires devra être pris de front sinon nous n’atteindrons jamais nos objectifs.

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires