Voitures électriques

Tesla Model 3 – Faut-il paniquer ?

Fin septembre nous apprenions que Tesla n’avait finalement produit que quelques 260 Model 3 au lieu des 1500 initialement prévus lors du lancement en juillet. Il n’en fallu pas plus pour alimenter la machine à rumeurs quant à la capacité de Tesla à produire des véhicules en grand nombre. C’est le Wall Street Journal qui a mis le feu aux poudres en affirmant que le manufacturier fabriquait le Model 3 à la main. Elon Musk a par la suite publié une vidéo sur son compte Instagram où l’on voit la chaine automatisée en fonctionnement au ralentit, probablement en mode de correction d’erreurs (debug). D’autres articles font état de supposées difficultés d’assemblage liées au soudage des panneaux en acier, alors que Tesla a jusque là seulement manipulé de l’aluminium avec ses précédents modèles. Depuis, certains de ceux qui ont réservé commencent à perdre patience et voient l’échéance de renouveler leur auto arriver sans espoir que le Model 3 soit au rendez-vous. Alors qui croire ? Doit-on prévoir un plan B ? Quand est-ce que nous allons commencer à recevoir ce modèle au Québec ?
 

The Model 3 body line slowed down to 1/10th speed

Une publication partagée par Elon Musk (@elonmusk) le


J’ai essayé de comprendre ce qui se passait au travers de tout ce que nous pouvions lire à droite et à gauche et je dois avouer que c’est un peu cacophonique. Alors je me suis dit que le mieux étant de poser la question à ceux qui travaillent actuellement sur le Model 3. Tout d’abord, Tesla ne fabrique pas ses autos comme les autres, c’est assez évident à première vue mais fondamentalement il y a une profonde différence, la plupart des manufacturiers commandent les pièces dont ils ont besoin sur le catalogue des sous-traitants, alors que Tesla conçoit les spécificités de tel ou tel autre élément et demande à un sous-traitant de le fabriquer en série. C’est une différence de taille qui a des avantages et des inconvénients mais qui définit la structure même de Tesla. Elon Musk n’aime pas faire les choses comme les autres juste parce que c’est comme ça qu’on fait, il fait les choses comme il pense qu’elles devraient être faites, et jusqu’à maintenant il a démontré à ses détracteurs qu’il avait raison. Est-ce que le passé sera garant de l’avenir ? Je vous laisse en juger.

Les informations qui suivent proviennent d’une source interne et nous donne une idée de la pression actuelle que vivent tous ceux qui travaillent sur cette production. Les sous-traitants du Model 3 communiquent avec Tesla au travers un portail, où l’entreprise commande en flux tendu le volume de pièces spécifiques dont elle a besoin. Si un sous-traitant livre dans les temps, tout se passe bien, mais si des retards se font sentir, le sous-traitant se retrouve avec une délégation de Tesla sur son dos jusqu’à ce que le problème soit réglé. Autant dire que les questions d’engorgement dont à été victime Tesla lors des précédentes semaines vont se régler rapidement. Aussi, certaines pièces technologiques sont de nouvelle génération et vont probablement être installées également sur les S et X, de part leur miniaturisation, leur efficacité et leur fiabilité accrue. À priori Tesla commande de quoi produire 45,000 Model 3 en janvier, dont la moitié serait des 4 roues motrices. Évidemment ces informations ne sont pas confirmées par Tesla et sont donc à prendre sous réserve, mais c’est tout de même intéressant de voir que la courbe de production devrait monter très franchement d’ici le début de l’année.
 

Pour répondre à vos interrogations concernant l’échéancier de livraison, pour le moment on estime à environ 400 véhicules livrés, mais s’il s’avère que 45000 vont être produits d’ici fin janvier, ce sera une excellente nouvelle qui va se traduire par la livraison de Model 3 partout aux États-Unis pour le printemps. Quant au Québec, il va falloir patienter car il est peu probable de recevoir nos premiers modèles avant l’été 2018, et je parle de ceux qui ont fait la file sous une pluie battante ce matin du 31 mars 2016 sur la rue Ferrier de Montréal. Il n’existe pas actuellement de VÉ équivalent au Model 3, alors si vous devez changer de véhicule avant la fin 2018, je vous suggère de regarder (par ordre de préférence) pour une GM Bolt, une Hyundai Ioniq EV, une KIA Soul EV ou une Nissan Leaf, dans du neuf ou de l’usagé. Si votre budget est élastique, il y a aussi pas mal de Tesla Model S d’occasion disponibles sur le marché, à partir de 55,000$ si vous n’avez pas peur du fort kilométrage.
Je poste régulièrement des mises à jour et des photos sur le groupe Tesla Model 3 en français, afin de nous faire patienter et de nous maintenir informés, alors j’espère vous y retrouver et pourquoi pas partager les premières photos de Model 3 au Québec.

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi

Nos partenaires