L’Alberta : « junkie » du pétrole