Essai routierVoitures électriques

Essai de la nouvelle Prius Prime : une excellente voiture électrifiée, mais pour qui ?

J’aime bien les hybrides rechargeables (PHEV) même si je préfère les voitures 100 % électriques. Pour les gens qui hésitent à passer au tout électrique, ça peut être une excellente voiture de transition, surtout lorsque l’autonomie affiche 60 kilomètres et plus en mode tout électrique.

Pour une personne qui n’a pas à franchir de longues distances, il est possible d’être presque tout le temps en mode électrique (du moins trois saisons sur quatre) et de consommer très peu d’essence. Mais ne me parlez pas des hybrides rechargeables avec 20 ou 30 km autonomie, là je suis contre ! Le plaisir avec un PHEV, c’est de faire démarrer le moteur à essence le moins souvent possible.

Voilà pourquoi je vous parle de la nouvelle Prius, elle a maintenant 72 km d’autonomie ! (L’ancienne avait 40 km.) En plus, ce n’est plus un PHEV avec un moteur à essence toujours en train de démarrer. Désormais, vous pouvez accélérer à fond, vous pouvez prendre l’autoroute, vous pouvez même chauffer ou climatiser et le moteur à essence ne partira pas. (Du moins, si la température le permet.)

Chevrolet Volt 2013.

Certains électromobilistes vous diront que Toyota est juste une décennie en retard et que leur nouvelle Prius possède ni plus ni moins les capacités d’une Chevrolet Volt 2013. Et ils ont un peu raison ! Sauf que moi, comme je déplore la disparition de la Volt depuis des années, je suis très content de la voir réapparaitre sous les traits d’une bonne vieille Toyota !

Toyota bZ4X.

2e essai chez Toyota
C’est après avoir testé le bZ4X 100 % électrique (voiture que j’ai beaucoup aimée), que j’ai eu envie de tester la nouvelle Prius rechargeable. Ainsi, en ramenant le bZ4X au bureau régional de Toyota à Brossard début octobre, j’ai demandé à M. Drolet si je pouvais également tester une Prius Prime. Un mois plus tard, j’en avais une pour une semaine.

J’ai laissé ma Bolt EUV dans le stationnement et on m’a prêté cette Prius Prime.

Dès que je l’ai vue, je dois vous avouer que je l’ai trouvé grosse ! Avant la Prius était une sous-compacte. J’aurais préféré que ça reste comme ça mais bon, la marotte des constructeurs de toujours grossir leurs modèles d’une génération à l’autre ne semble pas encore terminée !

J’ai fait le tour de la voiture, ouvert les portières et le coffre. Mes collègues ont raison, cette nouvelle Prius est vraiment belle, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elle ressemble un peu à une voiture sport. Les ingénieurs de Toyota se sont-ils un peu inspirés de la Tesla Model 3 ?

En prenant place à l’intérieur, je me suis rendu compte que l’assise était basse. À mon âge, on préfère les voitures un peu plus hautes ! Pas nécessairement un VUS, mais au moins quelque chose d’un peu surélevé. Imaginez, on est assis plus bas dans cette Prius que dans ma petite Spark EV ! (Notez que ma Spark possède une conduite surélevée.)

Mais attention, autant c’est bas comme dans une Civic ou un Model 3, autant c’est confortable une fois qu’on a pris place. Il faut comprendre que si l’on souhaite offrir 72 km d’autonomie avec une batterie de 13,6 kWh, il faut que la voiture soit basse. Mettez la même batterie dans une carrosserie VUS et vous allez tomber sous les 50 km !

J’ai dit « bye bye » à ma Bolt EUV et je suis parti avec la Prius. J’ai roulé un peu dans Brossard avant de prendre le pont Champlain. Y’a pas à dire, on sent tout de suite qu’on est dans une bonne vieille Toyota bien construite et bien assemblée. Et j’ai aimé le petit volant qu’on ajuste au plus bas comme dans le bZ4X. Ça donne l’impression de conduire un avion ! Très cool. Par contre, côté agilité et agrément de conduite, on est en retrait face au bZ4X. Mais bon, ça demeure quand même un excellent produit Toyota.

Et je peux vous dire qu’il y a de la puissance là-dedans ! Autant dans la pédale d’accélérateur (en mode électrique) que dans la pédale de frein. J’ai fait des tests, ça démarre et ça freine en maudit ! Il y a de gros disques aux quatre roues. On est loin des anciennes Prius à la conduite pépère !

Une ancienne Prius à la conduite pépère…

Mais était-ce nécessaire d’en offrir autant ? Là, je vous avoue que je me questionne. C’est comme si Toyota voulait s’adresser à une autre clientèle avec cette nouvelle génération de Prius. J’ai l’impression qu’ils se sont dit : les écolos n’achètent plus de Prius, ils veulent tous des 100 % électrique. Offrons une voiture plus sportive, genre Tesla Model 3, mais pour des gens qui ne sont pas encore prêts à aller vers le 100 % électrique. C’est possible ça ?

J’ai pris l’autoroute en direction de Val-David. Ai-je réussi à retourner chez moi en mode électrique seulement ? Non, car j’avais 107 km à faire. Rendu à Saint-Jérôme, la batterie est tombée à zéro et le moteur à essence a pris la relève automatiquement. Est-ce dérangeant de passer d’un mode à l’autre ? Pas du tout. Ça se fait tout en douceur et on entend à peine le moteur tourner.

Profitant du fait que j’étais rendu en mode essence, j’ai fait quelques accélérations pour voir si elle était tout aussi vive en mode essence qu’en mode électrique. Eh bien, la réponse est oui ! J’ai mis la pédale au fond à 90 km/h et j’ai décollé comme une fusée !

Sauf que… est-ce vraiment ce que l’on recherche lorsqu’on s’achète une Prius ? Moi si j’avais été Toyota, j’aurais mis un moteur plus petit sous le capot. Faire le 0-100 en 6,8 secondes, c’est trop vite pour rien. L’ancienne génération le faisait en plus de 11 secondes ! Un honnête 9 ou 10 secondes aurait été suffisant.

À moins qu’on cherche à attirer les amateurs de Civic Si !

La Prius dans mon entrée de garage.

Je suis arrivé chez moi à Val-David J’ai garé la voiture à côté de ma Spark. Ma blonde est venue voir ma nouvelle voiture. Elle m’a photographié avec son cellulaire.

On a conservé cette voiture durant une semaine. Je m’en suis servi comme si c’était ma Bolt EUV, c’est-à-dire que la moitié du temps j’ai pris ma Spark et l’autre moitié du temps la Prius. Qu’est-ce que je retiens au bout de 7 jours ?

Eh bien, je n’ai pas grand-chose à dire contre cette Prius. C’est vraiment une bonne voiture qui se conduit bien et qui va être parfaite pour quelqu’un qui souhaite rouler électrique dans la vie de tous les jours, mais qui préfère tomber à essence lorsqu’il va à Toronto, New York ou Miami.

Les points positifs de la Prius Prime ? La tenue de route et l’adhérence au sol qui est bien meilleure qu’avant et la beauté du véhicule qui mérite un 8,5 sur 10 tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Et j’ajouterais bien entendu sa faible consommation autant en mode hybride (4,5 L/100 km) qu’en mode électrique (16,5 kWh/100 km).

Pendant une semaine, j’avais ces deux voitures dans mon entrée de garage.

Ce que j’ai moins aimé de la Prius Prime ? Là, je ne suis pas sûr que tout le monde sera d’accord avec moi, mais je le dis quand même : je trouve que ce n’est pas la voiture idéale pour faire des courses. Sa taille et sa carrosserie basse en font une excellente routière écoénergétique, mais pour un gars comme moi qui fait souvent des petites commissions à gauche et à droite, j’aime mieux ma Bolt ou ma Spark qui sont des voitures plus hautes, plus facile à utiliser au quotidien, plus « user friendly » comme on dit.

Par exemple, un beau matin, j’avais du vin à acheter à la SAQ, de l’huile pour ma souffleuse et de la Sensodyne en vente au Jean Coutu. Quelle voiture pensez-vous que j’ai choisie ?

Eh bien, j’ai choisi ma Spark ! C’est fou quand même, non ? J’avais une voiture toute neuve, toute belle, et j’ai préféré prendre ma vieille Spark 2014. Et ça, juste à penser au nombre de fois que j’allais entrer et sortir du véhicule !

La deuxième chose qui m’a agacé avec la Prius (certains diront que c’est juste un détail), c’est le bruit qu’elle fait jusqu’à 38 km/h. Vous savez qu’on ajoute pour les non-voyants un bruit artificiel sur les VÉ ?

L’intérieur de la Prius.

Eh bien, celui de la Prius m’énervait comme c’est pas possible ! Il est bien trop fort. On entend que ça ! Le plaisir avec une électrique, c’est de rouler dans le silence à basse vitesse et là, on entend constamment une sorte de zeeeeh… !

Ma Bolt aussi possède un petit bruit à basse vitesse, mais on l’entend à peine. Avec la Prius Prime, on a l’impression qu’ils ont mis l’avertisseur dans l’habitable au lieu de le placer à l’extérieur ! Moi en tous cas si j’avais une Prius Prime, je m’arrangeais pour atténuer le son, je mettrais un vieux chausson autour, je ne sais pas quoi, mais je ferais quelque chose !

Conclusion
La Prius Prime est un excellent PHEV avec beaucoup d’autonomie comme l’était la Chevrolet Volt dans la décennie précédente. Mais est-ce encore pertinent d’offrir ce genre de véhicule en 2024 ?

Certains diront « NON  en avançant qu’aujourd’hui les VÉ ont bien assez d’autonomie pour satisfaire tout le monde. Je ne suis pas d’accord ! Jusqu’en 2019, 14 000 Québécois ont été très heureux de pouvoir s’acheter une Chevrolet Volt. Et j’imagine que tous ces gens vont passer à l’électrique lorsqu’ils changeront de voiture.

Coffre, 574 litres, sièges rabattus, 756 litres.

Mais qu’en est-il des autres ? Qu’en est-il de tous ces gens qui n’ont pas vu cette vague de Volt passer et qui commencent seulement aujourd’hui à s’intéresser aux voitures électriques ? (Et avec toutes les inquiétudes que cela peut susciter.) Ont-ils le droit eux aussi de s’acheter un véhicule de transition ?

Ce n’est pas tout le monde qui est prêt à passer au 100 % électrique. Si vous avez plutôt envie d’un PHEV avec 70 km d’autonomie, pourquoi pas ? C’est quand même mieux que de s’acheter une autre voiture à essence, non ?

La seule chose par contre qui me rendrait très heureux, c’est que Toyota nous offre prochainement un entre les deux dans la gamme PRIME. Présentement, nous avons ou bien une berline très basse à l’allure sport (la Prius PRIME) ou bien un VUS très haut avec un look camion (le RAV4 PRIME).

Buick Encore GX.

Je me rappelle quand on a cessé de fabriquer la Chevrolet Volt, je me demandais pourquoi GM n’avait pas décidé de mettre cette technologie dans un petit VUS. Imaginez un Trailblazer ou un Buick Encore avec la technologie de la Volt, je suis certain que ça se vendrait bien !

De même, je suis également convaincu que si Toyota offrait un petit VUS de la grosseur de ma Bolt EUV avec la technologie de la Prius Prime, ça deviendrait tout de suite un succès au Québec.

Imaginez ce petit VUS Toyota avec la technologie de la Prius Prime !

Parfois les choses tardent à venir. D’en parler va peut-être aider, non ? En attendant, dites-vous bien une chose : il faut que votre prochaine voiture soit électrifiée.

Si vous êtes un fan de Toyota et que vous n’êtes toujours pas prêt à passer à la voiture 100 % électrique, allez voir la Prius Prime. Mais attention ! Pas la Prius hybride seulement, cette version est dépassée. Optez pour la Prius PRIME !

Mes deux VÉ habituels une fois l’essai terminé.

Ajout
Y’a-t-il d’autres PHEV intéressants ? Voici les modèles à considérer dans les marques populaires et leur autonomie en mode tout électrique :
• Kia Niro PHEV (55 km)
• Sportage PHEV (55 km)
• Ford Escape PHEV (60 km)
• Mitsubishi Outlander PHEV (61 km)
• Volvo S60 PHEV (64 km).
• RAV4 PRIME PHEV (68 km).

Imprimer cet article

Zone vidéos

Consultez notre zone vidéo consacrée à la mobilité électrique au Québec.

Besoin d’aide avec votre achat?

Nos services offerts

Apprenez-en davantage sur les services offerts chez Roulez Électrique.

Boutique

Procurez-vous votre solution de recharge et accessoires.

Articles populaires

Chroniqueurs

Vous aimerez aussi:

Nos partenaires