Système photovoltaïque à la maison: les détails
avatar

Autre vue des 10 panneaux sur toit en pente

IMG_1242En ce 21 mai 2013, mon système photovoltaique a produit 2370kWh un an exactement après avoir été mis en service. Ce système, fait avec 10 panneaux de 230Watts, a donc une puissance solaire installée de 2300Watts. Au cours de l’année, son niveau de production réel a donc été de 2370kWh par an / 2.3kW = 1030 kWh par kW installé.
Le site web de la SCHL indique pour Montréal une potentiel de 1085kWh par kW installé. On est donc à un écart de 5% sur la capacité de production. Cet écart peut aussi s’expliquer par mon orientation de pente de toit vers le sud-ouest au lieu de l’optimal (plein sud).

Au cours de l’année écoulée, je n’ai pas eu d’entretien ou de réparation à effectuer sur le système. Il a fonctionné de façon fiable et autonome. Il a aussi permis de diminuer le coût de ma facture électrique.

Ajout: au 14 mai, le système a produit 2315 kWh depuis le 21 Mai 2012.  On vient donc de dépasser le seuil de 1000kWh produits annuellement par kW  de panneaux installés.

Ajout: au 28 Avril, le système a produit 2125 kWh depuis le 21 Mai 2012

Ajout: au 18 Avril, le système a produit 2001 kWh depuis le 21 Mai 2012.

Ajout: au 5 Avril, le système a produit 1901 kWh depuis le 21 Mai 2012.

Ajout: au 27 Mars, le système a produit 1805 kWh depuis le 21 Mai 2012.

Ajout: au 21 Mars, le système est à 1757 kWh.  On “fête” ses 10 mois de mise en service!
Ajout: Au 15 Mars, le système a produit 1725 kWh.  Selon le site de la SCHL, qui fournit une estimation du potentiel de production photovoltaïque par ville, à Montréal, on peut s’attendre à 1185 kWh par kW de panneaux solaires installés.   Comme j’ai installé 2.3kW de panneaux, cela me donne une production potentielle de 1185 kWh/kW x 2.3kW = 2725 kWh de produits annuellement.  Il me reste donc 1000kWh à produire d’ici le 21 mai, (dans 66 jours) soit 15kWh par jour.

Au 10 février, on est rendus à 1605kWh produits!  Le mois de janvier a été très peu productif, car il y a eu beaucoup de journée nuageuses.

Aujourd’hui, 11 septembre, le système est rendu à 1.200MWh de produits.  Cela fait 23 jours depuis le 18 Août, et 194kWh de produits, pour une moyenne de 8,4 kWh par jour.

Le système a produit son premier MégaWatt-heure le 18 Août!

Depuis la mise en service le 21 Mai, le système de panneaux solaires a fourni 1.006 MWh jusqu’au 18 Août, jour où la photo a été prise.  Cela représente donc 1006 kWh pour 89 jours ce qui donne une moyenne de 11,3 kWh par jour.

Cette production électrique est plus élevée que notre ajout de consommation pour recharger les 2 Volts.  Nous roulons donc au soleil!

Dans mon précédent article, je donnais les grandes lignes de l’implantation à venir d’un système photovoltaîque.

Cet article donne plus de détails sur le sujet.  Dans un premier temps, j’ai acheté 10 panneaux solaires de marque Sharp ayant 60 cellules et fournissant 230Watts nominaux.  Ces panneaux fournissent 30Volts chacun, en charge, 33 Volts en circuit ouvert.  Je les ai achetés via Ebay, en Illinois, fait livrer chez Freeport Forwarding, qui est un service d’entrepôt (qui m’a facturé $10 pour la réception de la palette de panneaux) où je suis allé les chercher et je les ai par la suite importés au Canada.  Pour les systèmes photovoltaiques qui sont connectés au réseau, il est primordial que les panneaux solaires soient homologués CSA ou UL.  N’achetez donc pas des panneaux qui ne le sont pas (comme les panneaux chinois qui sont homologués CE ).  Les panneaux ont deux connecteurs MC4  (un mâle et un femelle) qui servent à indiquer la polarité en sortie, et le tout reliés avec des câbles de calibre 12 AWG, 600Volts d’isolation, résistant au soleil et à la pluie.  Sur ebay, cherchez avec “Sharp solar panels”  Les dix panneaux m’ont coûté $2070 + $272 transport +$10 entrepôt + taxes.

Les panneaux sont connectés en série, donc leur voltage s’additionne.  Ainsi, 10 panneaux de 33Volts en circuit ouvert donnent 330Volts fournis vers l’onduleur.  Ne vous mettez pas les doigts sur les fils nus pendant la période d’ensoleillement!  J’ai relié les panneaux à l’entrée d’isolation de l’onduleur pendant qu’il faisait noir, les panneaux sont alors inertes.  Pour partir du toit (là où sont les panneaux) vers la chambre électrique, il faut acheter un câble certifié UL4703 avec connecteurs MC4.  Un câble de 100 pieds a suffit à remplir cet objectif ($80 via Ebay en provenance de Laval: http://www.solarenergydc.com)  J’ai coupé le câble à la longueur requise pour chaque polarité de mon groupe de panneaux, puis emmené les câbles dans un conduit jusqu’à la salle électrique.  Selon le code de l’électricité, chaque panneau qui produit plus de 30 Volts doit être mis à la terre.  Un fil de terre en cuivre est donc relié au châssis d’aluminium de chaque panneau dans ce but.  Le fil de terre suit les câbles dans le conduit jusqu’à l’onduleur, où une borne de détection de faute de masse est utilisée pour le connecter.

Il faut pouvoir fixer les panneaux au toit de la maison.  Plusieurs systèmes de fixations sont vendus, mais il faut se rappeler quelques éléments :  Les panneaux solaires peuvent dépérir plus vite s’ils ont trop chaud!  Il faut donc éviter de les fixer directement au toit, car il n’y a pas d’aération en-dessous pour assurer leur refroidissement.  Il faut aussi éviter de les mettre à plat sur un toit plat, car la neige et l’eau ne peuvent pas alors s’écouler du panneau.  J’ai donc fabriqué mes propres supports pour fixer les panneaux à 8 pouces de la surface du toit en pente.  Chaque support est fait d’un morceau de 7 pouces (la base) d’un de 9 pouces (la montée) et d’un dernier morceau de 6 pouces pour faire un support à 45 degrés.  l’ensemble fait un triangle.  Les morceaux d’aluminium ont été coupées à la scie à onglet électrique, les morceaux ont été assemblés avec des rivets d’avion d’aluminium déformés à l’impact (4 rivets par support).  Il y a un total de 18 supports, et chaque support est fixé au toit par 3 vis en acier inoxydable. les orages violents du mardi 29 mai n’ont pas fait broncher les panneaux!  Les morceaux d’aluminium provenaient de cadres de vieilles fenêtres de duplex datant de 1967.  Malgré l’âge, le métal est resté comme neuf.   L’assemblage ne devrait pas se corroder.

L’onduleur synchrone (Grid tie inverter) que j’ai choisi est de marque Fronius (c’est Autrichien, cette compagnie) modèle IG 5100.  Je l’ai eu à un prix avantageux pour $1600 + $60 de transport + $5 entrepôt, via Ebay flambant neuf, + taxes.  L’ensemble de 10 panneaux de 230Watts peuvent fournir 10 x 230W = 2300Watts de puissance.   L’onduleur peut en supporter plus du double, 5100 Watts.  J’ai fait ce choix afin de pouvoir rajouter 10 autres panneaux solaires au même onduleur, dans le futur.  L’onduleur est certifié à CSA et à un paquet de normes de sécurité internationales, (il y en a pour plusieurs lignes, je vous en fait grâce!)  Il y a un bornier pour connecter les 2 câbles provenant des panneaux (attention, il y a une polarité, un fil “+” et un fil “-”, et il ne faut pas les brancher à l’envers, cela brûlerait l’onduleur.  Il faut donc mesurer la polarité avec un voltmètre pendant qu’il y a du soleil, identifier les câbles avec du ruban d’électricien (rouge = “+”  et bleu = “-”), puis effectuer le branchement final à la nuit.  Un fil électrique 10/3  Bi-ex (les conducteurs sont dans un conduit de métal flexible)  relie la sortie 240V AC de l’onduleur à un disjoncteur 15A du panneau électrique.  (Ce disjoncteur va être remplacé par un 30 ampères quand l’autre groupe de panneaux sera ajouté.)  Il y a donc 7 connections au total: pour le coté AC, il faut brancher la masse, le neutre, et les 2 phases.  Pour le DC, la masse des panneaux solaires, et les câbles “+” et “-” .  C’est somme toute assez simple.

Au moment d’allumer mon onduleur, j’ai eu un moment de crainte: l’affichage n’affichait … rien!  L’onduleur se mets en mode “sommeil” quand la tension à l’entrée est de moins de 150Volts.  Le lendemain matin, après le lever du soleil, l’onduleur s’est “réveillé” et mis à fonctionner normalement.

Je vous recommande de ne pas acheter de micro-onduleurs chinois (300Watts, 600Watts, 1200Watts) parce que ceux-ci n’ont pas toutes les certifications requises, et n’ont pas non plus le débranchement DC et AC.  Les onduleurs Fronius ont ces débranchements inclus.  D’autres marques sérieuses sont aussi à considérer (Xantrex, etc.)

Depuis la mise en service, le système a fourni 134kWh en 13 jours.  Cela couvre la consommation électrique de nos Chevrolet Volt.  On roule donc à l’énergie du soleil, et on est devenu propriétaires de notre “puits de pétrole” personnel.   Le prix total fut donc: $4097 + $408 taxes = $4505.  Il faut aussi prendre compte de mon temps d’installation et de fabrication des supports (2 soirées).   Il va nous falloir encore quelques semaines pour bien évaluer la production nette et le rendement du système avant d’en fixer le temps de retour sur l’investissement, mais  en approximation, je l’évalue entre 8 et 10 ans.

Ajout: entre le 21 mai et et 9 juin, soit 20 jours, le système a produit 203kWh, soit 10.15 kWh par jour.

François Boucher

About François Boucher

Ingénieur électrique de formation, je suit le développement et la mise en marché des véhicules électriques depuis plusieurs années. Le Québec étant pourvu d'énergie bleue abondante et renouvelable, il est simplement sensé de promouvoir le transport électrique dans la belle province. Je suis actuellement propriétaire d'une Volt 2011 et ma femme vient de recevoir la sienne. Nous somme donc la première famille "surVOLTée" du Québec!
This entry was posted in Auto-production, Blogue Rouler au Soleil, Volt. Bookmark the permalink.

36 Responses to Système photovoltaïque à la maison: les détails

  1. Francois Vezina says:

    Wow ! Intéressant je me demande ou sont les accumulateurs pour stocker l’énergie dans votre système? Dans l’ondulateur?

    • Deflandre says:

      Il n y a pas de batteries dans ce cas car il est branché directement sur le reseau (on grid tie inverter ) la production est donc consommée en priorité et le reseau public et donc économisé.

  2. Je crois que c’est les voitures qui accumulent l’énergie. Si les voitures ne sont pas disponibles (branchées), l’énergie peut être envoyé dans le réseau d’Hydro-Québec.

  3. Francois Vezina says:

    Merci vincent pour la réponse je vais tentez de voir si hydro fourni des compteurs qui fonctionnent dans les deux sens ca m’étonnerais beaucoup!

  4. Francois Boucher says:

    Pour accumuler de l’énergie, il faut un accumulateur – ou en d’autres mots, une batterie. Les Volts ont des accus, mais pas la maison. L’énergie produite par le système PV ne peut pas être accumulée, elle est donc renvoyée vers Hydro-Québec en faisant tourner le compteur en sens inverse selon la quantité nette qui est retournée au réseau. Cela diminue donc le montant de ma facture d’un prix égal à ma production. Ainsi, pour les 140kWh produits depuis 14 jours, j’ai réduit ma facture de $10.89 plus taxes. L’arrivée des 2 Volts augmentait ma consommation d’autant. On produit donc la même quantitée d’énergie qu’elles consomment – on roule au … Soleil, à l’amour et l’eau fraîche!

    • Francois vezina says:

      Merci pour ta réponse et félicitation pour ton investissement ! Je suis curieux de savoir comment tu relie ton système au réseau d’hydro?

      • François Boucher François Boucher says:

        Bonjour, François!
        On relie le groupe de panneaux solaires à Hydro en transformant le courant continu des panneaux en courant alternatif, qui doit être parfaitement synchronisé avec celui d’Hydro. L’appareil qui fait cette transformation est un onduleur synchrone, ou Grid Tie Inverter, en anglais. Le schéma que j’ai réalisé est illustré à la figure 2 de cet URL: http://www.schl.ca/fr/co/enlo/efenreco/efenreco_003.cfm
        Dans mon installation, l’onduleur est le Fronius IG 5100.
        Le IG5100 a une sortie 240V qui est connectée à un disjoncteur (breaker) de mon panneau électrique. Le panneau est relié au compteur d’Hydro et l’électricité passe ainsi à travers le compteur. Il faut comprendre que le compteur fonctionne dans les deux directions; quand l’onduleur fournit plus d’électricité que ce qui est consommé, le compteur d’Hydro va tourner dans le sens opposé, ce qui va diminuer la quantité d’électricité consommée. Il faut comprendre que nous consommons plus que ce que nous produisons. Avec un ajout de 10 autres panneaux de 230Watts, on va pouvoir doubler notre production et diminuer encore plus notre consommation nette.

  5. Francois Vezina says:

    Merci j’ai lu tes réponses et tu m’impressionne c’est ce qu’on appel connaitre son affaire!

  6. Salut François! Ça serait intéressant de savoir comment ton système fonctionne pendant les pannes électriques.
    Avec les pannes qu’il y a eu au USA, c’est un sujet chaud!
    -Est-ce qu’il y a une prise 120V dans la Volt?
    -Serais-tu capable de recharger ta Volt s’il manque d’électricité?

  7. Francois Boucher says:

    Salut, Vincent!
    Tous les systèmes “Grid Tie” – attachés au réseau électrique – DOIVENT arrêter de fonctionner quand une panne électrique du réseau (qui alimente la maison) survient.
    Ceci afin de ne pas électrocuter les travailleurs qui auraient à faire de l’entretien sur des fils qui seraient tombés. De plus, ces systèmes n’ont pas de batteries pour stocker l’énergie électrique. (Une chance, car je ne veux pas de plomb – un neurotoxique, ni de vapeur d’acide sulphurique, ni de mélange oxygène/hydrogène gazeux explosif dans ma maison.)
    Il est possible de faire un système qui fonctionnerait lors de panne de courant si on a un groupe de batteries. Comme les pannes sont relativement rares, je vais prendre le risque! – je ne veux pas de batteries au plomb.
    On peut recharger la Volt avec du 120V ou du 240V.
    Pour recharger ma Volt, il faudrait que je fasse fonctionner une génératrice à essence, pour donner l’impression à mon système solaire qu’il est toujours connecté au réseau électrique, mais je pense que ce serait plus simple d’utiliser le moteur à essence qui est à bord de la Volt, pour les rares fois ou une panne se produit!

  8. charles lapierre says:

    Bravo pour ton instalation ! : )
    Je me demande si l’annonce de 20% d’ugmentation d’Hydro par la CAC ou le PLQ vas pas encourager les gens à se tourner vers ce genre de projets. Moi oui, car le 8 à 10 ans devient 6 à 8 si hydro augmente 20% son tarrix (en fait une cent du produit patromoniale devient une augmentation de 20% pour la moyenne des québecois). Attention: Je ne fait pas de politique je ne fait que m’interoger sur le coût de +- 5000$ divisé par 450$ pour ma volt / an avec les réparations à venir de ce système et l’entretient et la fiabilité qui n’est pas prouvé mais annoncée… En tout cas je me suis retrouvé ce matin à magasiner sur internet et je vais en parler avec mon ministre des finances sérieusement dans les prochains jours. Pour finir une petite question: Pourquoi pas un mélange vent-soleil ? Pourquoi seulement soleil ? Bref, tout sugestion d’article est bienvenue : )

  9. Jean Santerre says:

    Salut François.
    Ton installation, c’est du costaud! Mais je ne pense pas qu’elle soit à porté de tous.
    Bémol cependant.
    Selon mes connaissances :
    Il est vrai que les compteurs magnétique (à roulette) peuvent inverser leur comptage si le courant circule vers le réseau, mais quand Hydro installera chez toi un compteur électronique, et cela viendra parce qu’il les remplace tous*, cela ne marchera plus.
    Ces compteurs préviennent la fraude des petits malins qui inversaient leur compteur selon la fréquence du releveur pour voler de l’énergie. Un vieux truc.
    Les compteurs électroniques comptent toujours vers l’avant, comme l’odomètre des voitures actuel.
    Par contre si tu consomme plus, ou la même quantité, que tu produis, tu sauveras cette électricité qui n’est pas passé par le compteur, sinon ils te factureront TA production.
    *Rien à voir avec les compteurs intelligent, qui sont électronique également mais qui ont eux des fonctions d’enregistrement et de transmission et possiblement une certaine interactivité. Ils sont prévus pour une autre phase de déploiement.
    À 8¢ du KW/h, 1 MH/h=80$ pour trois mois d’utilisation. À ce rythme qui diminuera beaucoup l’hiver par l’ensoleillement réduit, l’angle du rayonnement moins efficace, et la neige ou la glace accumulé, il faudra 17 ans pour commencer à dégager un surplus.
    Si Hydro ne t’a pas facturé ta propre production?
    D’ici là, les cellules photovoltaïque auront perdu pas mal d’efficacité.
    Bravo quand même

  10. Francois Boucher says:

    Bonjour, Jean
    D’abord, merci du compliment pour mon installation, mais pour un gars comme toi, avec un plan d’ingénierie et un schéma électrique, te monter un tel système serait un jeu d’enfant. (Il y a d’ailleurs actuellement un deal intéressant pour un onduleur synchrone de 3000Watts à $1375: http://www.ebay.com/itm/330737394562 ) Mon article donne d’ailleurs énormément de détails pratiques pour réaliser un tel montage. Pour ma production, Hydro est obligée d’accepter la production que je fais, c’est dans leur réglementation. Cela s’appelle le mesurage net. Avec les compteurs à roulette magnétique actuels, la roulette tourne en sens inverse de la consommation (quand je suis en production nette). C’est d’ailleurs très joli à la regarder tourner en sens inverse! ;-)
    Pour les compteurs électroniques, je ne sais pas encore s’ils comptent en mode net, mais s’ils ne le font pas, alors selon moi, ils ne peuvent pas être conformes aux normes de mesurage de consommation et ils risquent de se retrouver avec un beau recours collectif pour avoir installé des compteurs qui fraudent (le mot est fort, mais c’est le mot) les consommateurs (Tout les moteurs qui s’arrêtent peuvent générer une tension de retour comme le ferait une génératrice. Comme cette énergie retourne au réseau, elle doit être créditée). Toutefois, en émettant l’hypothèse que tu puisses avoir raison, alors je peux demander à Hydro de me considérer comme autoproducteur, et de me facturer en mesurage net, comme décrit sur leur propre site web:
    http://www.hydroquebec.com/residentiel/tarif-residentiel.html#mesurage-net
    Hydro installe alors un compteur à double compte: (comme pour les tarifs bi-énergie) un compte de consommation et un compte de production. Une fois par an, il y a la soustraction de la production à la consommation, ce qui en fait le terme de mesurage “net”.
    Cette option a un coût: Hydro demande un frais fixe de $400.00 pour inspecter l’installation et vérifier que l’onduleur est conforme, bien que l’onduleur est déjà certifié… c’est, à mon humble avis, un peu trop bureaucratique. C’est aussi une barrière à l’entrée au marché (un bâton dans les roues) pour éviter la prolifération d’autoproducteurs. Hydro va toujours préférer avoir la mainmise sur toutes les sources de revenus possible, c’est dans la mentalité des monopoles… Personnellement, je n’ai pas de difficulté morale à ne pas entrer dans le jeu d’un tel monopole. Propriétaire, je suis maître chez moi.
    Si les tarifs électriques augmentent, mon investissement se rentabilisera de plus en plus vite, et je vais chercher le potentiel énergétique de ma toiture. Ma maison est moins chaude l’été (les panneaux solaires faisant écran) j’économise aussi en ayant moins besoin d’air climatisé.
    Pour le coté monétaire, j’aimerais rappeller que le frais d’électricité à la résidence principale n’est pas déductible d’impôt. (snif!) ce qui fait qu’avec mon taux d’imposition marginal de 50%, il faut que je gagne brut $160 dollars pour payer ces $80 facturés. Si je tient compte de la fiscalité, on réduit donc de beaucoup de temps (la moitié!) le retour sur l’investissement. Il faut se rappeller que l’électricité produite réduit une facture émise qui doit être payée en dollars nets d’impôt.
    Pour la production, il faut savoir que plus il fait froid, plus les panneaux sont performants. (C’est relié à la physique des semi-conducteurs, mais restons sur le sujet principal). Ainsi, on pense que parce qu’on a de la neige, la production d’électricité stoppe pour les 6 mois d’hiver! hé non, ce n’est pas le cas. Ce qui m’en a convaincu, c’est d’ailleurs le site web de la SCHL (Société Centrale d’Hypothèques et de Logements). Selon la page d’information suivante, en français: http://www.schl.ca/fr/co/enlo/efenreco/efenreco_003.cfm
    On y décrit le potentiel annuel des panneaux photovoltaiques avec des données intéressantes dans les tableaux 1 et 2. Ainsi, dans le tableau 2, on peut voir qu’à Montréal le potentiel annuel est de 1185 kWh/kW. Comme mon système a une puissance installée de 2.3kW, mon potentiel de production annuel est de 1185 kWh/kW x 2.3kW = 2725kWh par an. Comme j’ai déjà produit 1 MWh en 3 mois, (les meilleurs mois, certes), il est raisonnable de penser que le système atteindra son potentiel de production annuel prévu. Il est certain que le niveau de production sera plus faible en janvier et février, mais c’est la production totale annuelle qui est intéressante. Mes données réelles me permettront de mieux modéliser ma capacité annuelle de production. Pour la durée de vie des panneaux, les fabricants parlent de plus de 25 ans, mais c’est évidemment l’avenir qui va nous le confirmer.

    • François Boucher François Boucher says:

      Petit rajout: si on compare le potentiel annuel de Montréal (1185 kWh/kW) et de Iqaluit au Nunavut (1059 kWh/kW) on remarque que l’écart est faible, seulement 12%. Montréal est très bien située, au niveau de la production solaire.

      • Jean Santerre says:

        Salut François!
        Encore une fois je te fais mes éloges pour la précision des informations que tu écris et davantage pour la réalisation de tes capteurs photovoltaïques.
        J’y songe moi aussi depuis longtemps.
        J’aime bien les calculs « nets » au taux d’imposition que tu pratique. C’est également ce que je crois plus conforme aux coûts effectifs d’un investissement personnel.
        Effectivement une installation semblable, avec en tes références précieuse en prime, est relativement facile pour quelqu’un dans le domaine, moi ou un autre.
        Mon commentaire est simplement à l’effet que ce qui apparaît évident à des initiés peut-être totalement incompréhensibles à des gens évoluant dans un autre domaine.
        Une constatation mainte fois vérifié dans mon domaine comme dans le tiens, j’en suis certain.
        Pour Hydro, il y aurait tant à dire que je préfère m’abstenir, mais oui il s’agit maintenant bien trop d’une bureaucratie, que d’une industrie évolutive pure.
        Ils ont des surplus qu’ils ne peuvent vendre et un mandat de redevance vis-à-vis l’état qui restreint leur ouverture aux solutions valable écologiquement.
        Et tu l’as dit, un monopole n’a pas intérêt à laisser des marché captif se libérer.
        Je fais un suivi sur le comptage électronique pour confirmer ou non mes assertions.

    • Jean Santerre says:

      Je confirme que les compteurs électroniques sont “irréversibles”
      Rien à voir avec les compteurs intelligent ou les bidirectionnelles ou doubles tarifications qui ne sont qu’expérimental au Québec.
      Bonne chance pour poursuivre Hydro-Québec et leurs 25 000 employés!

      • François Boucher François Boucher says:

        Merci pour ton information sur les compteurs électroniques. Pour l’instant, ma maison a toujours un compteur mécanique, donc la consommation est nette. Est-ce que la nouvelle génération de compteurs “intelligents” sont eux capables de faire un compte net? (Je parle ici des compteurs qui émettent de la radio-fréquence pour transmettre leur données et qui sont ceux que Hydro-Québec veut installer partout au Québec?)

        • Jean Santerre says:

          A ce que je sache, pas davantage.
          Seul un compteur bidirectionnel est actuellement indiqué pour cette tache, intelligent ou pas. (ou un vieux magnétique).

          En fait pour les raisons que tu as nommé Hydro n’autorisera personne à fournir de l’énergie à son réseau qu’elle n’aura pas vérifié être de qualité requise et je ne peux les blamer parce que des perturbations ou des ondes parasites peuvent avoir des conséquence néfaste pour tous.
          D’ailleur des pertubations sont souvent généré par des charges de client industriel.

  11. Jean Santerre says:

    Désolé pour les fautes!

  12. Francois Boucher says:

    Bonjour, Jean!
    Tu vas me faire rougir, avec tes compliments, mais sache que je les apprécie d’autant plus que tu es très compétent dans le domaine, ce qui amènes certainement une valeur ajoutée à ton appréciation. En ce qui te concerne, le fait d’avoir une Leaf me montre que tu es déjà très en avance par rapport à beaucoup de gens. Si jamais tu souhaites t’installer un système photovoltaique et que tu as besoin d’un plan d’ingénierie, il me fera plaisir de t’aider à cet effet. Il y a aussi quelques autres points importants à savoir: 1. Il ne faut pas d’ombre sur les panneaux car dès qu’une seule cellule est à l’ombre, elle bloque la production de toutes les autres cellules en série. 2. Pour chaque groupe de panneaux relié à un inverseur donné, il faut que tous les panneaux aient la même orientation, pour que l’intensité de rayonnement solaire soit égale pour chaque panneau. Si on a un toit avec plusieurs angles, il faut alors penser à des micros inverseurs. 3. Il y a une limite au nombre de panneaux reliés en série qu’on peut brancher sur un onduleur et il faut le calculer en prenant en compte le voltage en circuit ouvert (sans charge) des panneaux, la tension max à l’entrée de l’onduleur et la température la plus froide d’hiver -(avec les cellules au silicium, le voltage monte quand il fait froid) et il ne faut jamais dépasser le voltage d’entrée maximum de l’onduleur. Bref, il y a un peu de conception pour chaque localisation!

    • Jean Santerre says:

      C’est tout bon pour moi, merci de l’offre pour les plans et des précautions d’assemblage.
      Pour les photovoltaïques, ce ne sera pas bientôt, le temps d’amortir la Leaf et idéalement de ramasser pour une S et de régler des préoccupations conjugale. Mais l’avenir est plus proche qu’avant. (Dixit Vincent Vallière)
      Salut!

  13. Jean Lafrenière says:

    Très intéressant ton installation mais pour tes futur panneaux, as-tu pensé au panneaux hybrides (électrique et hydraulique)? Le liquide caloporteur refroidit les capteurs et réchauffe ton eau-chaude. De plus, tu pourrait mettre tes supports ajustables selon la période de l’année. Tu augmenterais l’efficacité de tes panneaux.

    à la prochaine

  14. Jean Santerre says:

    Les capteurs solaire sous vide son extrêmement efficace pour capter la chaleur rayonnante du soleil, même sous des températures très froides. Il semble que ce soit globalement même plus performant que la photo voltaïque si on le couple avec un moteur thermique de type Stirling http://fr.wikipedia.org/wiki/Moteur_Stirling ou quelque chose de semblable.
    Un peu comme les stations solaire qui sont en fin de compte des centrale thermique alimenté au solaire.
    Plus d’information sur ces panneaux?

  15. Je ne parlais pas des capteur sous vide mais hybride. Voir exemple le lien http://www.ecosources.info/dossiers/Panneau_solaire_hybride_mixte
    Ceux-ci récupère plus de lumière en énergie (électrique + calorique.) en plus d’optimiser les capteur en les refroidissant.
    En passant, les capteur sous-vide on le défaut, l’hivers, de ne pas se dégagé de la neige facilement.

    • Jean Santerre says:

      Comme tout équipement exposé aux éléments d’ailleurs!

    • François Boucher François Boucher says:

      Intéressante suggestion, Jean.
      Par contre, est-ce que la rentabilité sera au rendez-vous?
      J’évalue à moins de 10ans ( donc grosso modo un rendement de retour sur l’investissement de 10% par an) le “payback” de mon investissement solaire.
      Les panneaux photovoltaïques classiques (comme ceux que j’ai installés) sont maintenant peu dispendieux, et se remboursent donc.
      Pour faire l’analyse de coûts, il me faudrait plus de renseignements sur ces panneaux hybrides, et comment est-ce qu’ils s’intègrent à une maison existante? (rétrofit?)
      Le but de la portion hybride étant de produire de l’eau chaude, mon seul besoin d’eau chaude dans la maison chauffée par une thermopompe à air pulsé est le réservoir d’eau chaude. Au Québec, passer des tuyaux avec de l’eau à l’extérieur de la maison amène la question de la gestion du gel. Cette question est beaucoup moins présente en Angleterre, où sont produits les panneaux hybrides de Solimpek, donnés en exemple.
      Donc, c’est une idée intéressante, qu’il faut étudier un peu plus pour voir son adaptation.

  16. Jean Lafrenière says:

    Les système thermique sont ceux qui se récupère le plus rapidement.

    C’est sûr que celà augmente les coûts mais si tu es capable de le faire toi-même, je crois que le surcoût ne sera pas très élevé. Tu n’as que le panneaux un peu plus chère, la tuyauterie vers le réservoir d’eau chaude et un échangeur de chaleur car au Québec, tu dois mettre de l’antigel dans les panneaux.

    Tu diminue ta consommation électrique pour l’eau chaude et augmente l’efficacité photovoltaïque.

    N’oublie pas l’ajustement de l’angle des panneaux, L’hiver, le soleil est plus bas et en mettant tes panneaux plus vertical, tu augmente l’efficacité et diminue les accumulations de neige.

    Fait des recherche sur internet, tu verras qu’il y a plusieurs personne qui décrive leur installations, les coûts, embuche, etc.
    J’ai même vue sur internet qu’il y a certain groupe qui vont même jusquà injecté la chaleur excédentaire des panneaux dans des systèmes géothermique l’été pour être récupéré l’hivers. Après quelque année, le système géothermique deviens de plus en plus efficace mais, c’est hors sujet.

    Bonne chance dans tes projets!

    • Jean Santerre says:

      Pour le chauffage de l’eau, j’ai un chauffe-eau sans réservoir qui réduit la consommation d’énergie entre 25 et 60% selon le profil de consommation.
      C’est un produit que j’installe à la satisfaction de mes clients, donc peu d’économie pour moi de ce coté.
      Il demeure que l’énergie solaire est sous exploité et recèle un potentiel fantastique.

      A suivre!

      • Mehdi says:

        Bonjour Jean,

        Pourrais-tu STP me donner plus de détail relativement au chauffe eau que tu proposes ?
        Merci

  17. Robert St-Amand says:

    Bonjour m. Boucher, je suis maitre électricien à la retraite ( 64 ans )je bricole encore .
    Je me suis installé 2 panneaux solaire ( 235w ch ) un Xantrex 3000w un MPPT 45amps.
    Je charge 5 batt. Mais j’aimerais bien m’installer en mode GRID TIE.
    J’aimerais dialoguer avec vous. Est- ce possible de communiquer ensemble ?
    Bonne année 2013
    Amicalement Robert

  18. Félicitation pour cette installation et ces renseignements qui sont vraiment intéressants. Quoique je sois un adepte de l’autonomie énergétique (et j’avoue que me libérer de la dépendance aux pétrolières soit ma plus gande motivation à faire l’acquisition d’une Tesla…Bien avant le fait “Green”), je me rend compte que la mise en place d’une telle installation est pas mal plus compliquée que de brancher un toaster et n’est pas a la portée de tous…Pas de moi en tout cas :-)

    Ceci dit je vous remercie de partager cette expérience que je lis avec enthousiasme !

    • Jean Santerre says:

      J’ajoute l’information manquante plus haut.
      Les nouveaux compteurs “intelligent” qui seront installés sur tout le territoire Québécois ont la capacité de tarification horaire et sont prêt pour les autos producteurs, donc bi directionnel. Il faut cependant se conformer à toutes les exigences contractuelles de qualité et sécurité de la société d’état.
      À suivre..

      • Est-ce que tu es certain pour la tarification horaire. Je croyais avoir compris que pour faire de la tarification horaire, HQ devrait ajouter d’autres bidules au compteur qu’il installe actuellement.

        C’est une bonne nouvelle car ça voudrait dire que les propriétaires de VÉ pourraient avoir accès à un tarfis spécial la nuit. Imagine s’il était possible d’avoir de l’électricité sous les 0,05 $ la nuit. Ça ajouterait un autre argument en faveur des VÉ.

  19. Stéphane Gosselin says:

    Maintenant que les panneaux solaires et ondulataires sont un petit peu plus abordable, de tels installations solaires vont tranquillement se multiplier, en autant qu’il y aura des installateurs aussi qualifiés pour installer de tels systemes.

    Merci pour ces détails aussi précis !!!

  20. Pierre Forget says:

    Merci pour toutes vos bonnes informations.

    Est-ce que votre expérience du sujet peut m’indiquer le résultat des démarches avec Hydro-Québec pour l’autoproduction d’électricité. J’envisage éventuellement de produire une partie de l’électricité que je consomme pour compenser l’utilisation de la voiture électrique et autres consommations. J’ai vu que l’évaluation du système coûte $400. Y-a-t-il d’autres frais de la part d’Hydro-Québec?

    Je veux dire: Est-ce compliqué du point de vue administration? quels sont les coûts en rapport avec Hydro-Québec? Quels sont les délais? A-t-on besoin d’une clause supplémentaire sur notre assurance maison?

    Pour le côté technique, je suis très à l’aise avec les installations électriques. C’est entendu qu’il faut faire affaires avec un maître-électricien, mais a-t-on besoin d’un plan d’ingénieur?

    On parle d’une maison unifamiliale avec une entrée de 200A et une autoproduction de max 5kwh. J’envisage d’utiliser un modèle américain d’inverseur de Pvpowered, modèle pvp4800 ou pvp5200.

    Merci à l’avance de vos commentaires.

  21. michel eric says:

    jaimerais bien avoir un system solair pour tout les jour de lannee me passe de hydro quebec .maison vert qu elle equipement pouriez vous me sugerer pour instaler dans ma maison 49kwh par jour merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>